TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Culture et Education - Actualités

86 % des jeunes syriens réfugiés dans le camp de Zaatari disposent d’un téléphone mobile et 50 % utilisent couramment l’internet

Vendredi 4 septembre 2015 - Catégorie(s) : Culture et Education.


Selon une étude réalisée en janvier 2015 par des chercheurs de la Penn State University à Zaatari, en Jordanie, un camp géré par le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) et qui accueille 83 000 réfugiés, 85 % des jeunes réfugiés syriens disposent d’un téléphone mobile et 83 % de leur propre carte SIM. 79 % d’entre eux empruntent aussi à l’occasion les cartes SIM de leurs amis et des membres de leur famille.

Plus de la moitié d'entre eux accèdent à l'Internet une ou plusieurs fois par jour et notamment des applications de messagerie instantanée comme WhatsApp pour communiquer. Google, Facebook, YouTube, Skype et Wikipedia figurent parmi les services le plus souvent mentionnés.

Cette enquête, réalisée auprès de 174 jeunes, visait à cerner le niveau d'appropriation du téléphone mobile par les jeunes du camp de réfugiés et à repérer les types de services Internet susceptibles d'intéresser les jeunes réfugiés. Contraints en termes de débit et de coûts, ils souhaiteraient obtenir un accès élargi à la messagerie instantanée, aux réseaux sociaux et à diverses sources d'information.

Selon les chercheurs de la Penn State University, « ceux qui fuient les conflits armés disposent de téléphones mobiles et ont de fortes attentes en matière d’internet … Cette évolution du paysage et des compétences des réfugiés confrontent les agences des Nations Unies (HCR, Programme alimentaire mondial, UNICEF) a de nouveaux défis » Notamment le déploiement d'une infrastructure de wifi : à Zaatari et plus généralement dans les camps de réfugiés à travers le monde.  

Rappelant que la durée moyenne de séjour dans un camp de réfugiés est de 17 ans, les auteurs de l’étude suggèrent de donner une formation de base en informatique à certains de ces jeunes refugiés pour leur permettre de developper des activites de programmation en ligne.

Les résultats détaillés de cette étude seront présentés lors de la Telecommunications Policy Research Conference (TPRC43) qui se tiendra le 24 septembre 2015 (Source : Telecommunications Policy Research Conference).
 

Voir aussi :

Les terminaux mobiles : boussoles et outils de survie des réfugiés