TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Santé - Actualités

Blue Button : le dossier médical personnel sur mobile aux États-Unis

Mardi 7 octobre 2014 - Catégorie(s) : Santé.


En 2010, la Maison-Blanche a lancé l’initiative Blue Button en vue de normaliser l’accès des patients à leurs données médicales. Cette procédure, initialement expérimentée auprès des anciens combattants a depuis été étendue à l’ensemble des assurés sociaux. Le principe de l’ouverture sélective des données relatives à un usager porte ainsi le nom de « divulgation intelligente » (ou Smart Disclosure).

L’initiative Blue Button permet ainsi aux patients de télécharger leur historique de santé (rapports, résultats d’examens, consultations) dans un format normalisé et sécurisé. Elle est matérialisée par un bouton bleu présent sur les sites des prestataires de santé (hôpitaux, régimes d’assurance santé, cabinets) qui adhèrent à cette initiative et permettent à leurs usagers d’obtenir leur dossier médical. La mise au point de cette norme technique permet, en outre, aux patients de communiquer ce quasi-dossier médical aux acteurs de la chaîne de soins lorsqu’ils entrent en contact avec eux.

À cette fin, les autorités de santé ont défini un format de données qui facilite l’importation des données médicales dans les logiciels et système de gestion du dossier médical (Electronic medical record, EMR) dont disposent les hôpitaux ou les cabinets médicaux.

Afin d’encourager la conception d’applications innovantes basées sur les informations «Blue Button» en les associant à des sources de données publiques, les autorités de santé ont lancé plusieurs concours d’applications, notamment le Blue Button Mash-up Challenge. Ce défi consistait « à rendre les données médicales personnelles utilisables et compréhensibles », en les combinant (mash-up) à d’autres types d’informations de santé, issues de bases de données médicales publiques (via des démarches Open Data). Le premier prix de ce concours avait été attribué à une application qui permettait de télécharger le dossier médical, de le consulter et de l’exporter vers un prestataire ou un professionnel de santé à partir d’un smartphone ou d’une tablette. 

Quatre ans après son lancement, le Bouton Bleu apparaît sur les portails de plus de 500 organisations : mutuelles et régimes d’assurance santé, cliniques, hôpitaux. Plusieurs millions de patients (dont un million d’anciens combattants) ont déjà utilisé ce service.

La Maison-Blanche a annoncé en février dernier l’adhésion à l'initiative Blue Button des cinq principales chaînes de pharmacies (Walgreens, Kroger, CVS Caremark, Rite Aid et Safeway), ainsi que celles de la National Association Chain Drug Stores (41 000 pharmacies, 132 000 pharmaciens) et de la Pharmacy Health IT Collaborative (250 000 membres). Ces grandes chaînes de pharmacies et leurs associations professionnelles s’engagent à assurer à leurs clients un accès facile et sécurisé à l’historique de leurs prescriptions et de partager , moyennant une série de règles, ces informations avec les mutuelles et assureurs santé (Source : Maison-Blanche).

Depuis son lancement en 2010, les spécifications techniques du Bouton Bleu ont connu plusieurs évolutions. La dernière version, baptisée Blue Button+, associée au Blue Button Connector, aménage les procédures de transfert des données entre les systèmes d’information des fournisseurs de soins et ceux des patients.

Plusieurs applications mobiles ont aussi vu le jour autour du Bouton Bleu. La plus populaire, IblueButton, mise au point par la société Humetrix, permet de télécharger l’historique de santé sur le portail des fournisseurs de soins, de le partager avec son médecin, de recevoir en retour les données détenues par le médecin (compte rendu des consultations, radiographies, analyses, prescriptions), de numériser les documents grâce à l’appareil photo intégré au smartphone, de tenir à jour un journal des données échangées, d’enregistrer un profil des données partagées avec chaque médecin, de transmettre des documents aux mutuelles et assureurs de santé. 


Voir aussi :

Un concours pour repenser le dossier médical aux États-Unis

Le Dossier Médical Personnel bientôt accessible sur mobile pour les professionnels de santé

Dossier médical personnel sur mobile aux États-Unis

Montée en puissance du financement de la santé numérique (2)

Plus d’un Français sur deux convaincu par les outils médicaux numériques