TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Culture et Education - Actualités

Des applications mobiles pour préserver les langues menacées d’extinction

Mardi 27 mai 2014 - Catégorie(s) : Culture et Education.


Dans le monde, près de 6 500 langues actuellement pratiquées sont considérées comme menacées d’extinction. Outre le faible nombre de locuteurs, ces langues sont d’autant plus vulnérables qu’elles manquent des technologies essentielles à leur pérennisation : dictionnaires et bases de données.

À travers le monde, des ONG, des chercheurs, des linguistes et des anthropologues ont entrepris de documenter ces langues menacées. L’ONG canadienne FirstVoices a ainsi développé une application de dictionnaire bilingue pour douze langues indigènes.

Pérenniser les langues traditionnelles

Une série d’applications mobiles ont vu le jour avec l’objectif de relancer l’usage et de pérenniser des langues indigènes. Initiées par des développeurs et parfois par les communautés traditionnelles elles-mêmes, ces applications permettent d’inciter les locuteurs à consolider leurs compétences dans leur langue maternelle (Source : The NewYorker).

Au Nigeria, une start-up a ainsi mis au point une application pour raconter des histoires traditionnelles mais aussi pour apprendre aux plus jeunes leur propre langage et leur propre culture.

Rachael Petersen (Global Native Networks) a entrepris de les recenser. La plupart d’entre elles portent sur des langues indigènes situées aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande. 

  • L’application Tusaalanga, par exemple, permet d’apprendre un dialecte parmi les cinq différents dialectes Inuktitut (Est du Canada) au travers de leçons reposant sur un dialogue enregistré et sur sa transcription.
  • L’application Ma!iwaidja associe un dictionnaire interactif et recueil d'expressions enrichi par la phonétique et l'audio de la langue Iwaidja (Australie), une langue qui n’est plus pratiquée que par 200 locuteurs.
  • L’application Kura encourage, au travers de jeux interactifs, de jeunes Maoris (Nouvelle-Zélande) à apprécier et progresser dans la maîtrise de la langue.
  • L'application Inuvialuktun One (Territoires du Nord-Ouest, Canada) propose des quiz de lecture, d'écriture et d'écoute, une base de données, des catégories pratiques telles que les salutations, les commandes et les couleurs.

Selon Rachael Petersen, « ces applications mobiles ne pourront pas, à elles seules, “sauver” les langues en péril, comme on peut parfois le lire dans les grands titres ; les efforts de préservation culturelle dépendent de bien plus que de simples lignes de code. Elles s’inscrivent dans un éventail d'efforts en faveur de la préservation des langues » (Source : GlobalVoices).

Et les faire accéder à la modernité des réseaux sociaux

Au-delà du sauvetage ou de la revitalisation des langues traditionnelles, d’autres initiatives visent a en faire des vecteurs de communication adaptés a l’ère numérique.

L’ONG FirstVoices s’assigne pour objectif de permettre aux locuteurs de langues indigènes de communiquer dans leur langue maternelle sur les réseaux sociaux, Facebook et GoogleTalk. Elle a développé une application mobile FirstVoices Chat pour prendre en compte les alphabets spécifiques à plusieurs centaines de langues indigènes (dites « natives ») du Canada, d’Australie, de Nouvelle Zelande et des États-Unis.

En Inde, le réseau social SpeakTalkChat est spécifiquement destiné à ces communautés linguistiques restreintes : elle leur permet d’échanger dans leur langue maternelle. 122 langues sont officiellement parlées en Inde : 220 ont disparu au cours des 50 dernières années ; 197 sont menacées.

Le linguiste Kevin Scannell, pour sa part, mesure la présence des langues indigènes sur Twitter. Il suit, sur son site web Indigenous Tweets, 63 000 utilisateurs qui tweetent en 153 langues. 

 

Voir aussi :

Santé : des applications de traduction mobiles pour dépasser la barrière de la langue

Les perspectives du multilinguisme et de la traduction sur mobile

Les enjeux technologiques du multilinguisme sur les mobiles

Les progrès de la traduction instantanée sur mobile

Les avancées de la traduction instantanée sur mobile

Traduction sur mobile à la volée

Traduction instantanée en réalité augmentée sur mobile

Risques d’« extinction numérique » pour 21 langues européennes