TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Développement durable - Actualités

Des capteurs de pression atmosphérique dans les smartphones pour optimiser les prévisions météo

Mercredi 27 août 2014 - Catégorie(s) : Développement durable.

 

Lorsqu’ils seront équipés de capteurs de pression atmosphérique, les terminaux mobiles pourraient constituer le plus important réseau d’observation de la pression atmosphérique.

Les constructeurs Samsung et Motorola ont récemment équipé leurs smartphones et tablettes Android de capteurs de pression atmosphérique. Cela pourrait être, prochainement le cas pour l'iPhone 6 d’Apple.

À la recherche de données sur la pression atmosphérique en différents endroits du monde pour les intégrer à leurs modèles de prévision, les climatologistes ont pressenti l’intérêt d’effectuer la synthèse des données recueillies par ces capteurs.

Des chercheurs de l’université de Washington sont à l’origine de l’application PressureNet qui agrège les 6 000 observations par heure recueillies par 18 000 smartphones. La prévision des orages serait ainsi l’un des premiers domaines d’application de cette démarche de météorologie collaborative (Source : MIT Technology Review) 

La start-up française Netatmo avait lancé en 2012 sa station météo personnelle connectée, constituée de deux modules (intérieur et extérieur) : outre un thermomètre, un sonomètre, un capteur d'humidité, un capteur de CO2, elle intègre aussi un capteur de pression. Depuis décembre 2013, Netatmo rend publiques les données des utilisateurs (sauf ceux qui le refusent), à travers une carte interactive mondiale. 

Nicolas Baldeck, concepteur du site meteo-parapente.com, va plus loin. Il suggère d’équiper l’ensemble des boîtiers internet de capteurs de pression. « Ce bout de métal de 3,8 mm de côté coûte quelques dizaines de centimes. Les ingénieurs de chez Free ou d’Orange l'ignorent peut-être, mais ils ont potentiellement entre leurs mains le réseau d'observation météo le plus dense au monde… À titre de comparaison, le réseau Radome de Météo-France compte actuellement 554 stations d'observations… Les observations de pression atmosphérique sont beaucoup plus intéressantes que les mesures de température et de vent. Elles reflètent directement la structure verticale de l'atmosphère, ainsi que sa variation au cours du temps. Ce paramètre a en plus l'avantage d'être facile à mesurer. Qu'il soit placé à l'intérieur ou à l'extérieur, le baromètre mesure en effet sensiblement la même pression » (Source : Slate).

 

Voir aussi :

Météorologie sur mobiles et crowdsourcing

Les capteurs de pression atmosphérique des smartphones au service de la prévision météo

Une station météo individuelle connectée au smartphone (2)

Météo hyperlocale et collaborative

Transformer les automobiles en stations météorologiques

Mesurer vitesse et direction du vent sur un smartphone