TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Usages - Actualités

Dossier: Entreprises et salariés face aux technologies et aux usages mobile

Vendredi 2 mai 2014 - Catégorie(s) : Usages.

L'usage des terminaux mobiles dans le cadre professionnel n’a cessé de progresser dans le monde. En France, 63 % des salariés utilisent un PC portable et 55 % utilisent des smartphones. Le nombre de salariés utilisant des tablettes aurait plus que doublé en un an pour atteindre 19 %. Les salariés adoptent les outils mobiles les plus adaptés au contexte : le PC portable pour le télétravail à domicile (77 %), le smartphone (58 %) et le PC portable (69 %) lors des déplacements hors site, le smartphone (77 %) et la tablette (33 %) dans les transports domicile/travail.

63 % des salariés affirment travailler depuis leur domicile (en journée comme en dehors des heures de bureau), 53 % lors de déplacements professionnels et 42 % durant les trajets domicile/travail. Le nombre de salariés ayant une pratique "intensive" du télétravail, c'est-à-dire profitant des différentes situations pour travailler (domicile, trajet maison/travail, déplacements professionnels) concernerait 28 % des salariés. 

62 % des salariés français estiment cependant que leur entreprise ne leur procure pas les outils et applications mobiles nécessaires ou considèrent que les règles d’utilisation des appareils mobiles ne sont pas assez flexibles pour favoriser un travail nomade efficace. Autant d’attentes que nombre d’entreprises ont du mal à satisfaire : 39 % des décideurs informatiques ne pensent pas que leur département puisse répondre aux besoins liés à la mobilité des personnels.

Suite