TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Institutions - Actualités

Dossier: stratégies mobiles des gouvernements : des portails d’applications natives… aux sites web adaptatifs

Samedi 27 septembre 2014 - Catégorie(s) : Institutions.

 

La généralisation des smartphones a conduit les gouvernements à développer (ou encourager le développement par des tiers) d’applications mobiles d’intérêt général. Dans les pays du Sud et dans les pays émergents, où la connexion internet restait le privilège d’une minorité dans les grands centres urbains, les administrations, ont vu dans le téléphone mobile une alternative au développement de téléservices web. Ces applications mobiles concernent pratiquement tous les domaines de la vie publique : planning familial, conseils en matière de santé, gestion du système de santé, conseils aux agriculteurs, services aux entreprises, politiques de prévention, éducation, lutte contre la corruption, surveillance des élections, gestion des catastrophes. Certains de ces services s’appuient sur l’existence de services de paiement mobiles, comme le règlement des taxes foncières et des taxes sur l’eau.

Dans les pays industrialisés, ces applications mobiles donnent l’occasion aux acteurs publics, nationaux et locaux, de renouveler leur offre de services pour interagir avec les citoyens. Elles tirent souvent parti des fonctionnalités de ces terminaux : géolocalisation, appareil photo, puce NFC…

La montée en puissance des terminaux mobiles (smartphones et des tablettes) confronte aussi les gouvernements à de nouveaux arbitrages : doivent-ils s’adapter aux usages du public et développer des applications mobiles natives (et dans ce cas, pour quelles plateformes ?) ou bien convient-il de rendre accessibles les sites et les services en ligne des administrations quel que soit le terminal utilisé ? 

La suite