TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Vie locale


Entreprises et salariés face aux technologies et aux usages mobiles

<p>Entreprises et salariés</p>
<p>face aux technologies</p>
<p>et aux usages mobiles</p>
<p> </p>

L'usage des terminaux mobiles dans le cadre professionnel n’a cessé de progresser dans le monde. En France, 63 % des salariés utilisent un PC portable et 55 % utilisent des smartphones. Le nombre de salariés utilisant des tablettes aurait plus que doublé en un an pour atteindre 19 %. Les salariés adoptent les outils mobiles les plus adaptés au contexte : le PC portable pour le télétravail à domicile (77 %), le smartphone (58 %) et le PC portable (69 %) lors des déplacements hors site, le smartphone (77 %) et la tablette (33 %) dans les transports domicile/travail (Source : Bouygues Entreprises).

De nouvelles formes de travail nomade et des attentes nouvelles

63 % des salariés affirment travailler depuis leur domicile (en journée comme en dehors des heures de bureau), 53 % lors de déplacements professionnels et 42 % durant les trajets domicile/travail. Le nombre de salariés ayant une pratique "intensive" du télétravail, c'est-à-dire profitant des différentes situations pour travailler (domicile, trajet maison/travail, déplacements professionnels) concernerait 28 % des salariés.

62 % des salariés français estiment cependant que leur entreprise ne leur procure pas les outils et applications mobiles nécessaires ou considèrent que les règles d’utilisation des appareils mobiles ne sont pas assez flexibles pour favoriser un travail nomade efficace. Autant d’attentes que nombre d’entreprises ont du mal à satisfaire : 39 % des décideurs informatiques ne pensent pas que leur département puisse répondre aux besoins liés à la mobilité des personnels.
 

Des applications généralistes… aux magasins d’application d’entreprise

Les applications généralistes dédiées à la productivité sur terminaux mobiles (conception ou gestion collaborative de documents, ) commencent à atteindre une maturité suffisante pour être utilisées en substitution ou dans le prolongement des outils bureautiques traditionnels (source : TechReview). De plus, face à la croissance des terminaux mobiles en entreprise, les grandes entreprises se tournent vers des solutions de gestions des terminaux mobiles (MDM, mobile device management) et vers le développement de magasins d’applications propres à l’entreprise. Ceux-ci permettent à l’entreprise de contrôler les applications utilisées par les salariés tout en renforçant leur pouvoir de négociation face aux éditeurs d’applications mobiles. Selon le cabinet Gartner. 25 % des entreprises devraient ainsi disposer d’un « App Store privé » d’ici 2017. 

Du travail mobile…. à la surveillance des salariés

Les équipements mobiles ouvrent aussi la voie au déploiement d’outils de surveillance des salariés et d’analyse de leur productivité (en fonction de leur géolocalisation ou de leur « réactivité »). De nombreuses applications mobiles ont ainsi été développées récemment pour faciliter le pointage et le suivi des salariés mobiles. C’est le cas de l’application ClockedIn, lancée en janvier 2014 en Grande-Bretagne pour surveiller la présence des travailleurs sur les chantiers de travaux publics. En France, la CNIL se montre réservée quant à l’utilisation d’outils de géolocalisation destinés au contrôle de la durée du travail.
 

Des applications mobiles pour faire valoir les droits des salariés

Au Québec, l’organisme qui veille au respect des conditions de travail dans les entreprises québécoises (la Commission des Normes du Travail) a conçu l’application maPaye pour aider les jeunes travailleurs à noter leurs heures travaillées et connaître les montants qui leur sont dus. 
Aux États-Unis, la Commission des Normes du Travail, rattachée au Département du Travail a mis au point l’application TimeSheet. Cette application a pour objectif d’éviter que des employeurs ne puissent refuser de payer les heures supplémentaires, les temps de pause ou de verser la totalité du salaire correspondant au travail effectué. Cette application, disponible en anglais et en espagnol, permet aux salariés de noter leurs heures travaillées et de connaître les montants qui leur sont dus. Pour le Département du Travail, «les travailleurs peuvent désormais tenir leurs propres registres. Ces informations pourraient s'avérer précieuses lors des contrôles effectués par la Wage and Hour Division (l’équivalent américain de l’inspection du travail), notamment si l'employeur a omis de conserver les registres des heures travaillées».
 

 


Voir aussi

Une application mobile pour faire valoir les droits des salariés

Québec : Une application mobile pour compter ses heures travaillées

Les usages professionnels des terminaux mobiles (2012)

Usages des tablettes et smartphones en entreprise (2011)

Évolution de l'équipement mobile des employés gouvernementaux américains

Près de la moitié des actifs utilisent le smartphone personnel lors des activités professionnelles