TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Santé - Actualités

Équipement mobile des personnels de santé pour tracer l’épidémie Ebola

Mercredi 22 octobre 2014 - Catégorie(s) : Santé.


Le 20 octobre, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que le Nigeria était parvenu à juguler l’épidémie sur son sol. Si le virus a infecté vingt personnes dont huit mortellement, aucun nouveau cas n’est apparu trois mois après l’apparition d’un premier cas (Source : OMS).

Ce succès repose sur une intense mobilisation des autorités et des personnels de terrain. Cette mobilisation s’est aussi appuyée sur un usage maîtrisé des technologies mobiles.

Dès l’apparition d’un premier cas sur le territoire nigérian, les autorités ont mis en place une recherche de contacts » (contact tracing) rigoureuse pour identifier en urgence toutes les personnes qui avaient été en contact (et possiblement exposées) avec cette personne. À cette fin, les autorités avaient équipé une centaine d’enquêteurs de santé (« tracer ») de terminaux mobiles et d’une application, eHealth, développée par la filiale locale de la société américaine eHealth and Information Systems. Cette application permettait aux enquêteurs de recenser les cas puis de transmettre les données recueillies au ministère de la santé. À Lagos, 18 équipes de « recherche de contacts » ont été déployées pour remonter les chaînes possibles d’infection. 18 500 visites ont été réalisées par ces équipes constituées de volontaires ou d’agents du secteur médical. Huit cents personnes au total ont ainsi été placées sous surveillance. Les opérateurs téléphoniques ont également été mis à contribution par décret présidentiel pour localiser des personnes potentiellement exposées (Source : The Independent).Selon l’OMS, 100 % des personnes à Lagos qui avaient en contact avec des personnes contactées ou à risques avaient été retracées et suivies (Source : OMS

Une démarche de même nature avait été entreprise, au Sierra Leone, pour contenir la maladie. Avec l'appui du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), 300 agents de santé avaient été formés pour assurer la « recherche de contacts » et équipés à cette fin de téléphones mobiles, avec l’appui des trois opérateurs mobiles. En Guinée, l’opérateur de téléphonie mobile, MTN Guinée avait offert en mai 2013 400 téléphones mobiles et assuré la gratuité des appels téléphoniques et des connexions internet gratuites aux personnels de terrain.

Les constructeurs Samsung  et LG vient d’annoncer la distribution de 3000 (Smasung) et 2000 smartphones (LG) en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. Ils sont destinés à la fois aux personnels de santé et aux malades placés en quarantaine pour leur permettre de contacter leurs familles.
Les appareils de Samsung, destinés aux agents de santé,  intègrent l’application Smart Health Pro, créée par l’ONU, pour la récolte d’informations sur les patients atteints de la fièvre hémorragique. 


Voir aussi :

Technologies mobiles et Big Data au service de la lutte contre l’épidémie Ebola

Dossier : mobiles et Big Data au service de la lutte contre le paludisme

Dossier : le mobile outil de prévention des crises humanitaires

Les smartphones au service de la science

Smartphones, sciences humaines et compréhension des interactions sociales