TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Technologie et Innovations - Actualités

Essor des investissements et des valorisations des sociétés qui développent les objets connectés

Mercredi 19 février 2014 - Catégorie(s) : Technologie et Innovations.

 


Deux sociétés conceptrices d’objets connectés viennent d’atteindre de nouveaux records de valorisation. La société Nest à l’origine d’une nouvelle génération de thermostats et de détecteurs de fumée connectés, a été rachetée par Google, pour la somme de 3,2 milliards de dollars.

Plus récemment une autre start-up, Jawbone, s'apprête à boucler un nouveau tour de table de 250-300 millions de dollars la valorisant autour de 3,3 milliards de dollars. Jawbone développe les enceintes connectées, Jambox, des oreillettes Bluetooth, et le bracelet Up qui analyse l'activité de l’utilisateur. Jawbone avait déjà levé 250 millions de dollars au cours des deux dernières années et une partie de ces capitaux avait permis d’acquérir son concurrent BodyMedia, pour 100 millions de dollars en avril dernier, et développer les infrastructures de traitement des données collectées.

Montée en puissance des investissements dans la «maison connectée»

Au-delà de Nest, les entreprises qui développent des technologies dans le domaine de la maison connectée bénéficient du soutien des investisseurs. En 2013, 56 transactions en capital-risque ont été effectuées dans le domaine de la maison connectée, pour un montant total de 468 millions de dollars.

En août 2013, la société Control4, qui conçoit de solutions hardware et software autour de la maison connectée, a été évaluée à plus de 500 millions de dollars au lendemain de son introduction au NASDAQ alors que son chiffre d’affaires 2 012 s'élève à un peu moins de 110 millions de dollars. 
Cette société a avait établi un partenariat avec NEST sur le développement d'un API pour son thermostat intelligent (Source: Ambassade de France aux Etats-Unis-ADIT).


… et dans la santé mobile


Le domaine émergent de la santé mobile (applications, plateformes et objets médicaux connectés) suscite un intérêt croissant auprès des investisseurs et des acteurs du capital-risque. Selon Rock Health, le fonds d’amorçage américain spécialisé dans la santé numérique, le montant total des investissements dans les start-ups de santé numérique a atteint 1,9 milliard de dollars au cours de l’année 2013 : progression de 39 % par rapport à 2012 et de 119 % par rapport à 2011 (Source : Digital Healh Funding).  195 start-ups ont ainsi bénéficié de ces apports en capitaux, dont 186 pour un montant supérieur à 2 millions de dollars. Près de la moitié de ces sociétés était basée en Californie.

Le financement participatif (crowdfunding) dans le domaine de la santé numérique a connu une forte progression en 2013. 120 sociétés ou équipes ont soumis des projets sur des plateformes comme IndieGoGo, Kickstarter, Medtstatr ou Fundable. Ces 120 campagnes ont recueilli un total de 9,2 millions de dollars. 40 % d’entre elles ont atteint leur objectif. La start-up Scanadu a ainsi recueilli 1,6 million de dollars pour son Tricorder médical sur Indiegogo. Plus récemment, cette même start-up a levé 10 millions de dollars auprès de Relay Ventures, Tony Hsieh et Jerry Yang (le cofondateur de Yahoo!). 

Le financement participatif, alternative et tremplin vers le capital-risque

À côté des business angels et du capital-risque, le financement collaboratif s’est imposé comme un vecteur de financement de projets technologiques : montres connectées, robots domestiques, objets médicaux connectés ou encore équipements éducatifs.

Des plateformes comme Kickstarter ou IndieGogo ont permis aux concepteurs d’objets connectés de présenter les fonctionnalités de l’appareil, souvent à l’aide d’une vidéo : ils peuvent alors y vendre, en précommande, un nombre suffisant d’unités pour financer la réalisation d’une première série. Le recours des concepteurs d’objets connectés aux plateformes de financement collaboratif procède de plusieurs logiques. Pour certains projets, trop modestes ou correspondant à des marchés trop restreints, il s’agit clairement d’une alternative aux circuits traditionnels de financement de type amorçage ou capital-risque.
Dans de nombreux cas, il s’agit d’une étape intermédiaire : la soumission d’un projet sur une plateforme permet de tester l’existence d’une demande solvable pour un objet innovant. Une fois la démonstration faite de l’existence d’une demande pour le dispositif, ses concepteurs sont alors en meilleure position pour convaincre des investisseurs.

Dans tous les cas, la soumission d’un projet sur Kickstarter ou IndieGogo lui garantit une exposition médiatique : la presse spécialisée américaine (mais aussi européenne) suit de près l’actualité des campagnes sur ces plateformes, attire l’attention des lecteurs et les oriente vers les projets les plus innovants. Qu’elles représentent une alternative ou un tremplin vers le capital-risque, ces plateformes constituent désormais un observatoire essentiel des innovations et des tendances dans le domaine des objets connectés.

La plateforme Kickstarter a ainsi permis de créer plusieurs sociétés dédiées aux objets connectés. 20 projets d’objets connectés ont recueilli des montants supérieurs à un million de dollars. Ils ont mobilisé un total de 42 millions de dollars, principalement sous la forme de précommande (Source : Kickspy).

 

 

Voir aussi : 

Montée en puissance du financement de la santé numérique

m-Santé et capital risque (suite)

Les objets de la m-Santé et la montée en puissance du «Quantified Self »

m-Santé : vers des incubateurs spécialisés

Dossier : les nouveaux modes de création et de financement des objets connectés

Retour sur le rôle du crowdfunding dans le financement des objets connectés

Les start-ups françaises se dirigent vers le crowdfunding pour développer des objets connectés

Des financements collaboratifs pour les objets et appareils connectés

Une plateforme pour observer et élaborer l’Internet des objets : le projet Kickstarter