TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Interview de Nathalie Kosciusko-Morizet sur Proxima Mobile

Nathalie Kosciusko-MorizetNathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’État chargée de la prospective et du développement de l’économie numérique répond aux questions de Mobile en France sur les enjeux et perspectives du portail Proxima Mobile

Comment est née l’idée de Proxima Mobile, portail de services mobiles à l’usage du grand public ?

L’idée d’un portail de services aux citoyens sur mobile est née de l’observation de l’évolution des usages d’Internet qui se sont progressivement rapprochés de la vie quotidienne des citoyens. C’est dans cette perspective que nous avons souhaité créer le portail Proxima Mobile. Dans le même temps, les évolutions technologiques et économiques de l’Internet mobile constituent une opportunité pour le secteur de technologies en France. C’est pourquoi j’ai souhaité inscrire l’appel à projets Proxima Mobile dans le volet numérique du plan de relance. Ce portail qui est coordonné par la Délégation aux Usages de l’Internet est, il convient de le rappeler, une première européenne. Nous avons depuis été rejoints par nos voisins britanniques et bientôt par nos homologues américains.

Pourquoi selon vous est-il important que l’État investisse et s’investisse dans la promotion des services mobiles ? Est-ce une forme de signal « officiel » qui annoncerait au grand public et aux commanditaires de services que le mobile est enfin sorti de l’ordre du gadget pour « public averti » ?

L’enjeu est de développer un large écosystème des services sur mobile en France et plus largement en Europe. C’est un secteur qui est devenu véritablement stratégique pour les acteurs du numérique et, plus généralement, pour l’ensemble des acteurs économiques. Ainsi, qu’il s’agisse du transport, du tourisme, du développement durable ou des métiers culturels ou même de la distribution des biens de consommation, la quasi-totalité des secteurs d’activité auront à maîtriser puis à développer des services basés sur les technologies de l’Internet mobile. Les acteurs publics ont un rôle majeur à jouer dans le développement de cet écosystème des services mobiles, par exemple en facilitant l’accès aux données publiques. Les données géolocalisées mais aussi culturelles et environnementales dont disposent l’État et les collectivités territoriales constitueraient ainsi un formidable tremplin pour l’essor de nouvelles générations de services sur mobiles.

A contrario, ne craignez-vous pas de promouvoir, via Proxima, des services ou des usages qui ne s’adressent qu’à une portion congrue de la population, relativement urbaine et globalement aisée ?

J’ai insisté pour que les services créés au sein du portail Proxima Mobile soient utiles et accessibles par l’ensemble de la population. Ces services couvrent l’ensemble des champs liés à la vie quotidienne. C’est aussi la raison pour laquelle les services Proxima Mobile devront nécessairement être gratuits. Par ailleurs, nous devons redoubler de pédagogie afin que ces services se développent également auprès des primo-utilisateurs d’Internet, et en particulier auprès des seniors. Ils pourront bénéficier, sur leurs téléphones mobiles ainsi que sur les tablettes interactives, d’un accès plus facile aux services d’Internet que sur les ordinateurs traditionnels.

Pensez-vous, à l’échelle de la France, que le téléphone sera pour de nombreuses personnes le point d’accès principal – sinon unique – à Internet, comme plusieurs études le prédisent au niveau mondial ?

Les terminaux mobiles (qu’il s’agisse des téléphones, des tablettes interactives ou bientôt d’autres dispositifs) sont amenés à devenir l’un des modes d’accès essentiels à Internet dans les années à venir. En France, la croissance des usages de l’Internet mobile est déjà très forte puisqu’en un an la population des mobinautes a plus que doublé. Les évolutions du paysage de l’Internet se produisent à un rythme tellement rapide que plusieurs études prévoient le croisement entre les courbes du nombre d’internautes « fixes » et de « mobinautes » dans les trois prochaines années !