TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Innovation


Marché français des objets connectés : un état des lieux

<p><br />
Marché français des</p>
<p>objets connectés :</p>
<p>un état des lieux</p>

Les principaux instituts d’études de marché ont entrepris de mesurer l’intérêt des français pour les objets connectés, leur équipement et leurs intentions d’achat.

 

  • L’IFOP a lancé un Observatoire des objets connectés « pour permettre aux marques de mieux comprendre les attentes des consommateurs et identifier les opportunités de développement de produits ou services connectés pour leurs marques, sur leur segment ».
  • L’institut Harris Interactive s’est associé l’Electronic Business Group (EBG) qui rassemble 600 sociétés actives dans l’économie numérique en France) pour «mesurer régulièrement et suivre le niveau de connaissance, d'intérêt et d'intention d'achat des Français à l'égard des objets connectés».
  • Le groupe GFK a lancé en janvier 2014 le baromètre Référence des équipements connectés (REC) qui associe données des panels distributeurs enquêtes auprès des consommateurs (13 500 foyers sont interrogés chaque année).
  • Les chiffres les plus contradictoires circulent tant sur l’équipement des Français en objets connectés et les dépenses qu’ils leur consacrent que sur la taille du marché français : le périmètre des objets connectés varie, en effet, d’un institut à l’autre.

Estimations contradictoires de l’équipement des Français en objets connectés

Selon Médiamétrie, 5% des internautes français possèdent déjà un objet connecté (hors TV connectée) et la moitié des internautes envisagent d’en acquérir.

Selon l’IFIO, en revanche, près de 23% des Français possèdent au moins un objet connecté : station météo connectée (7%) compteur d'eau, gaz ou électricité connecté (6%), bracelet connecté pour mesurer l’activité ou la condition physique (5%), montre connectée (5%), système de surveillance connecté (5%), tensiomètre sans fil (4%), balance connectée (4%) système de chauffage contrôlable à distance (4%). 21% des individus seraient prêts à s’équiper d’un objet connecté dans l’univers de la maison, 20% pour le sport et bien-être, 18% dans l’électroménager et 17% pour la santé. Parmi les individus qui ne prévoient pas d’acquérir un objet connecté, les freins sont le prix (59%), le manque d’utilité (45%), les risques liés à l’utilisation des données personnes (15%) (Source : Ifop).

Harris Interactive observe, pour sa part, des niveaux d'intérêt élevés pour les objets connectés destinés au contrôle central de la maison (36%), au chauffage (33%), à la voiture (26%) et pour les montres connectées (20%). Les intentions d'achat resteraient cependant modestes, freinées par les craintes liées à la sécurité des données personnelles (68%), le risque de dépendance (65%) et le prix (63%). (Source : Harris Interactive

Plus de 30 objets connectés par foyer en 2020

Selon le cabinet GfK, il se serait vendu en France pour 150 millions d’euros d'objets connectés en 2014 : si les ventes ont doublé, elles ne représentent cependant encore qu’un peu plus de 1% du total des équipements technologiques vendus en France.

Le segment des «objets portables» (« wearables » : bracelets, montres et lunettes) est aujourd’hui le plus significatif, avec un chiffre d'affaires de 90 millions d’euros pour 640 000 unités vendues : 190 000 montres intelligentes, 250 000 montres dotées de GPS et 200 000 bracelets de suivi d'activités (fitness trackers). En 2015, leurs ventes pourraient atteindre 700 000 unités soit 120 millions d'euros.

Il s'est, par ailleurs, vendu 100 000 drones et objets associés (jouets commandés à distance), 50 000 objets axés sur la santé (balances et tensiomètres connectés) et 20 000 thermostats connectés. En tenant compte des ventes des dispositifs et boîtiers destinés à la « maison intelligente », les objets connectés dans ces catégories ont représenté 90 000 unités et un chiffre d'affaires de 29 millions d'euros.

Si certains objets connectés sont désormais présents dans les magasins de sport et de bricolage, de nouveaux canaux de distribution pourraient prochainement prendre le relais et développer les ventes : pharmacies (pour les balances, tensiomètres et traceurs d’activité) mais aussi les « jardineries » (pour les capteurs de suivi des plantes) ou bientôt encore les bijouteries.

Selon GfK, près de 2 milliards d’objets connectés pourraient se vendre entre 2015 et 2020 : chaque foyer posséderait alors en moyenne 30 objets connectés (Source : Usine Nouvelle).

Le marché français des objets connectés : 500 millions d'euros en 2016 selon Xerfi

Selon le cabinet d’études économiques Xerfi, la part des objets connectés dans les dépenses high-tech des Français se situait en 2013 autour de 1,5 %, soit 150 millions d'euros. XERFI prévoit une progression régulière de ces dépenses qui pourraient atteindre 500 millions d'euros en 2016.

Cette prévision prend en compte l’attrait des Français pour les nouvelles technologies, la baisse des prix et la miniaturisation des capteurs, l’essor du smartphone « comme hub de la vie numérique », ainsi qu’une série de « freins structurels : gadgétisation, confidentialité des données, manque d'interopérabilité. « Si les montres connectées doivent prendre la tête des objets connectés pour la santé, les équipements médiaux connectés auront quant à eux du mal à décoller. La croissance des ventes d'appareils permettant un suivi à distance des données physiologiques et des traitements (...) nécessite de lever des freins réglementaires (acceptation de ces produits comme des dispositifs médicaux) et l'approbation du corps médical ».

Selon Xerfi, « la tendance à la baisse des prix des objets connectés en raison de la mise en place de stratégies low-cost de la part de certains acteurs (…) limitera la croissance du marché en valeur » (Source : Xerfi).


Voir aussi :

France : plus de 30 objets connectés par foyer en 2020

Le marché français des objets connectés pour la maison et la santé devrait représenter 500 millions d'euros en 2016

Essor des ventes d’appareils de santé mobiles en Europe

Maison connectée : un demi-milliard de dispositifs déployés d’ici 2018

Les Français face aux objets connectés

Ouverture prochaine du centre d’expérimentation des usages de la NFC

Vers une ouverture de la Cité de l’Objet Connecté en mai 2015

France : un nouvel événement dédié à l’Internet des Objets : le SidO

Vers une ouverture de la Cité de l’Objet Connecté en mai 2015

Des initiatives françaises dans le domaine des objets connectés