TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Innovation


Les ambitions de la Russie dans les technologies mobiles

<p>Les ambitions</p>
<p>de la Russie</p>
<p>dans les technologies</p>
<p>et services mobiles</p>

 

Dans le domaine des technologies mobiles, la Russie dispose d’un marché intérieur en forte expansion. La Russie se situe au 5e rang mondial pour le taux de pénétration du téléphone mobile. La migration des mobiles traditionnels vers les smartphones a connu une forte accélération en 2013 : en décembre 2013, 63 % des acquisitions de téléphones portaient sur des smartphones.

Les Russes consacrent en moyenne 12,8 heures par mois aux réseaux sociaux. C’est le chiffre le plus élevé au monde (devant Israël, l’Argentine, la Turquie et le Chili). Le marché des applications mobiles en 2013 s'y élevait à environ 246 millions de dollars : il pourrait atteindre 1,6 milliard de dollars en 2016 (Source : SoftwareRussia). 

La Russie compte aussi des acteurs puissants dans le domaine des moteurs de recherche (comme Yandex), des réseaux sociaux (Vkontakte), des jeux sur mobile et de la messagerie instantanée. Initialement centrées sur le seul marché russe, plusieurs de ces géants ont entrepris de s’internationaliser.


Yandex, 4e portail mondial conteste la suprématie de Google

Yandex s’est fait connaître en créant des services similaires à Google pour les russophones. Yandex est le principal moteur de recherche de Russie : il contrôle environ 60 % du marché russe, devant Google (26%). En février 2013, Yandex se classait au quatrième rang dans le monde pour le nombre de requêtes traitées, derrière Google, Baidu et Yahoo, mais devant Microsoft Bing.

Yandex a ouvert une filiale en Californie pour y développer une nouvelle génération d’applications sociales. En janvier, Yandex avait lancé Wonder, une application mobile et sociale de recherche sur les réseaux sociaux. Yandex utilise la technologie de reconnaissance vocale Nuance pour poser oralement des questions et obtenir des réponses sur les sociaux Facebook, Foursquare, Instagram et Twitter. Yandex travaille actuellement à la mise au point d’une application basée sur la commande gestuelle, pour afficher les dernières nouvelles des réseaux sociaux sur une télévision. Avec les étudiants de l’université Carnegie-Mellon, les ingénieurs de Yandex Labs ont enregistré 1 500 mouvements pour concevoir un système d’apprentissage automatique.

Yandex a porté, depuis trois ans l’ensemble de ses services sur Android .Elle a ouvert, à cette fin, son propre magasin d’applications compatibles Android : Yandex Store. 85 000 applications y sont désormais disponibles. Yandex, en outre, a mis au point Yandex.Kit, une version d’Android sur une puce destinée aux fabricants de smartphones. Yandex.kit permet aux fabricants de smartphones de substituer aux applications labellisées par Google les applications de leur choix : moteur de recherche, email, cartes, navigateur. Cette puce est disponible sans frais pour les fabricants, à l'instar d'Android. Pour Yandex.kit, la société a simplifié le processus d'authentification. Les utilisateurs n'auront qu'à saisir leur identifiant et mot de passe qu'une seule fois, lors de la configuration du smartphone. L'équipe a également mis en place un utilitaire de synchronisation de contacts pour récupérer le carnet d'adresses de Gmail.

Mail.ru à la conquête du marché américain

Mail.ru est le service de messagerie le plus populaire en Russie, utilisé par 70 % des internautes russes. À la fois plateforme de partage et moteur de recherche, le portail Mail.ru est le 4e site le plus populaire en Russie et le 31e mondial. Il est aussi très présent dans les ex-républiques soviétiques. Il accueille 2,2 millions de visiteurs quotidiennement. La société Mail.ru Group a ouvert une filiale dans la Silicon Valley en Californie : My.com. Elle y prépare le lancement de myMail une application de courrier électronique pour iOS et Android avec une interface compatible avec les services email les plus populaires, y compris Gmail, Yahoo. Une autre application de messagerie instantanée « myChat » permet de passer des appels téléphoniques, vocaux ou vidéo. myGames est une collection de jeux mobiles gratuits, dont le populaire Jungle Heat.

Telegram, le rival russe de WhatsApp

Après avoir fondé en 2006, VKontakte (VK), devenu le principal réseau social concurrent de Facebook en Russie, Pavel Dourov a conçu le service de messagerie instantanée Telegram. Comme WhatsApp, Telegram permet d'échanger messages, photos, vidéos et fichiers. Telegram a bâti sa réputation sur la rapidité mais surtout la sécurité, avec des communications cryptées des deux côtés et la possibilité de mener des "conversations secrètes" sans trace sur les serveurs. Pavel Dourov a même proposé la somme de 145.000 € à quiconque parviendra à décrypter des échanges de messages. Le spectaculaire rachat de la messagerie WhatsApp par Facebook suscite un soudain regain d'intérêt pour Telegram. Ses dirigeants déclarent avoir enregistré cinq millions d'inscriptions le 23 février, après l’annonce du rachat de WhatsApp, se plaçant ce jour-là en tête des téléchargements dans 48 pays (Source : La Tribune).

Succès internationaux des jeux mobiles russes

38,6 millions de Russes consacrent une partie de leur temps aux jeux mobiles : ils y consacrent 392 millions de dollars, soit 4 % du marché mondial. Prenant appui sur leur marché Intérieur, plusieurs éditeurs russes de jeux mobiles se sont affirmés sur le marché mondial : Dynamic Pixels, Zeptolab, Herocraft, i-Free, société Game Insight,
Fondée en 2005 à Moscou comme un studio de développement mobile, G5 Entertainment est cotée à la bourse de Stockholm : elle opère à partir de Moscou, Stockholm et San Francisco

Game Insight, qui développe des applications gratuites pour iOS, Android, Facebook a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros. Elle vient de lever 25 millions de dollars pour poursuivre sa croissance internationale et diversifier son catalogue de jeux. Elle opère une dizaine de studios dans le monde, rassemblant une communauté de près de 140 millions de joueurs. Elle a récemment ouvert un bureau à San Francisco.

Des smartphones russes innovants

En 2010, dans une vidéo, Vladimir Poutine (à l’époque Premier ministre russe) faisait la promotion d’un smartphone russe (Vidéo : ). Le smartphone MTS 945 incluait une puce Glonass, le système GPS russe. Conçu par Sitronics, mais produit en Chine par ZTE, le MTS 945 n’a pas rencontré le succès et sa production a été interrompue en 2011.

Entretemps, une autre société, Yota Devices s’est fait connaître en mettant au point le Yotaphone, un smartphone Android équipé de deux écrans : un écran LCD « classique » sur une face du smartphone et un écran basé sur la technologie d’encre électronique (e-ink) sur l’autre face. Le second écran pallie certaines limitations actuelles des écrans LCD : utilisation de l’écran en plein jour, lecture de textes longs, autonomie (jusqu’à un mois). 
Yota Devices a présenté au Mobile World Congress la seconde génération du YotaPhone : l'écran à encre électronique est désormais tactile et peut, outre la liseuse, afficher des applications à part entière. L’appareil est produit à Singapour (Source : TechCrunch).

Vers des objets connectés russes

Les compétences en ingénierie russes sont désormais mobilisées pour la conception d’objets connectés.

La société Lapka a conçu un objet connecté qui intègre un capteur pour la mesure de la radioactivité ambiante, un capteur d'ondes électromagnétiques (wifi, téléphone, etc.) et un capteur d'humidité.

Dans un domaine voisin, une équipe russe a développé une sonde appelée Do-Ra pour mesurer les niveaux de radiation. Les données sont transmises à un smartphone qui affiche les niveaux de radiation au travers d’un code couleur : jaune pour les niveaux de radiation au-dessous de la moyenne et rouge s’ils sont nettement au dessus. Do-Ra peut mesurer des niveaux de radiation aussi bien dans l'environnement que dans les aliments. 

La startup LiveMap a mis au point un casque connecté destiné aux motards. Inspiré des casques à visée « tête haute » le Motohelmet permet de lire les informations sans quitter la route des yeux. Il dispose d’un gyroscope et d’une boussole numérique, qui permettent d’adapter l’image projetée en fonction des mouvements de tête du pilote.  Motohelmet utilise lui aussi Android et la technologie de contrôle vocal de la société Nuance. L'équipe de LiveMap est en partie composée d’ingénieurs issus du constructeur d’avions militaires Soukhoï qui conçoit depuis 50 ans les casques des pilotes de chasse. 

Le gouvernement russe souhaite tripler en cinq en cinq ans les exportations numériques du pays

Le gouvernement russe s’est donné, en 2010, l’objectif de hisser la Russie parmi les dix pays les plus performants dans le développement des technologies numériques sur leur territoire (programme « Société de l'information 2011-2020). 
La « feuille de route numérique 2014-2018 » adoptée en 2013 sous l’autorité du Premier Ministre, Dimitri Medvedev, se propose de tripler en cinq ans les exportations du pays dans le domaine des technologies de l’information. Elle prévoit la mise en place de 11 technopôles, la formation de 350 000 professionnels, une modernisation de l'enseignement de l'informatique dans les écoles, la création d’un environnement favorable pour attirer entreprises technologiques et spécialistes hautement qualifiés, un doublement des investissements en capital-risque (qui passeraient de 560 millions à 1,25 milliard de $).

Selon Evgueni Melnik, président de la Compagnie d'équipement en télécommunications de Russie (PKKC), la Russie possède aujourd'hui toutes les ressources pour faire du numérique une branche à part entière de l'économie russe. « À ce stade, le soutien public, notamment financier, aux fabricants russes de matériel et de logiciels est essentiel ». Pour le président de PKKC, la Chine est l’exemple à suivre. « Aujourd'hui, avec le soutien du gouvernement de Pékin, des entreprises high-tech chinoises ont non seulement conservé une part importante du marché intérieur, mais aussi réalisé une importante pénétration des marchés internationaux … Il est nécessaire de définir une stratégie pour garder les cerveaux dans notre pays » (Source : Ambassade de France en Russie/Adit).


Voir aussi :

Lorsque des sociétés chinoises créent les nouvelles générations de technologies mobiles

Les ambitions de la Turquie dans le domaine des technologies mobiles

Les ambitions de la Thaïlande dans les technologies mobiles

Comment l'Internet mobile dans les pays émergents pourrait transformer les économies des pays développés

La stratégie mobile du gouvernement indien

Un casque de moto à réalité augmentée

Convergence des smartphones et des liseuses : un smartphone double écran et double face

De nouvelles sondes couplées aux smartphones pour mesurer la radioactivité