TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Innovation


Les héritiers de « Shazam » : de la reconnaissance des sons à la reconnaissance visuelle des objets

<p>Les héritiers de "Shazam" :</p>
<p>de l'analyse des sons</p>
<p>à la reconnaisance</p>
<p>des objets</p>

 
Depuis sa création, l’application Shazam figure parmi les applications mobiles les plus populaires : la société revendique 420 millions d’utilisateurs dans 200 pays dont 85 millions d’utilisateurs actifs. Elle permet de reconnaître le nom de l'artiste, le titre de la chanson, et l'album d’où la chanson est extraite. Le logiciel utilise le microphone du téléphone pour créer une empreinte acoustique à partir d’un échantillon qui est comparée à la base de données de la société. Plusieurs applications ont depuis vu le jour, dans le sillage de Shazam, pour reconnaître des chansons : MusiXmatch, trackID, Sound Search, SoundHound.

Au-delà du domaine de la musique, le principe qui sous-tend Shazam inspire désormais plusieurs applications dans des domaines divers :
La startup aquitaine Biosong travaille à la mise au point de Birdify, une application mobile de reconnaissance du chant des oiseaux. Birdify permettra d’identifier l’espèce à partir d’une base de données, puis de renvoyer à l’ornithologue amateur des photographies et dessins, ainsi que des éléments d’information : description, habitat, environnement, stade de développement, mythes et légendes, etc.

Deux applications ont vu le jour, en Suisse, 2012, pour reconnaître les dialectes suisses allemands. L’application Chochichästli Orakel permet de deviner le lieu d’origine d’un locuteur suisse allemand en l’entendant parler.  Dans L’application Dialäkt Äpp permet aux Suisses Alémaniques de déterminer l'origine exacte de leur dialecte. Elle propose d'écouter différentes manières de prononcer un mot afin de reconnaître la sienne. Après avoir prononcé plusieurs mots, l’application suggère une localisation géographique, fondée sur l'Atlas linguistique de la Suisse alémanique, qui répertorie quelque 600 communes et 1500 cartes géographiques.

Pour sa part, la start-up américaine One Llama a mis au point, une technologie d'apprentissage automatique qui imite la façon dont l’audition humaine fonctionne pour identifier des sons annonciateurs d’un danger potentiel : crissement de pneus, klaxon, sirènes hurlantes. L’application émet alors une alerte, en interrompant, par exemple, la musique émise par le smartphone. L'application Audio Aware dispose, a cet effet, d’une bibliothèque de sons « avant-coureurs » : les utilisateurs pourront cependant ajouter leurs propres sons à l'application et les partager avec d'autres personnes. La banque de sons doit être régulièrement actualisée et enrichie pour prendre en compte, par exemple, la diversité des sons de sirène selon les pays. 

De la reconnaissance des sons à la reconnaissance visuelle ...

Les concepteurs de Shazam ont aussi entrepris d’étendre le principe de reconnaissance automatique aux objets présents dans les programmes audiovisuels en particulier dans le domaine de la mode. L’application "Shazam Fashion" repose sur des partenariats avec des marques et diffuseurs de prêt-à-porter qui ajoutent des « métadonnées » aux programmes diffusés par les télévisions. Ces contenus audiovisuels enrichis peuvent alors être détectés pendant la diffusion des émissions afin d’afficher l’origine des objets présentés sur le mobile. Ce principe avait déjà été utilisé par la société eBay USA afin d’associer les objets présents dans les films et séries télévisées avec les objets mis en vente sur leur plateforme en ligne. 

Ce principe de reconnaissance visuelle a inspiré de nombreuses applications mobiles dont l’application lauréate Proxima Mobile « Blinkster » .

D’autres applications basées sur le même principe sont développées dans le domaine des sciences naturelles, pour la reconnaissance des espèces animales et végétales.

Une start-up zurichoise, Kooaba, a mis au point ShortCut, une application capable de reconnaître une statue dans la rue, une célébrité sur une affiche, une photo ou sur une pochette d’album. Combinant reconnaissance d’images et cloud computing, l’application identifie les objets ou les personnes à partir d'une photo ou d'une image en mouvement. La société Kooaba a été rachetée en janvier 2014 par la société Qualcomm (SourceBilan.ch).

L’application Asap54 revendique aussi sa filiation avec l’application musicale : elle se définit comme « le Shazam du shopping ». L'application permet de retrouver rapidement le site marchand qui vend un article aperçu dans la rue ou dans un magazine. L'application s’appuie sur sa base de données comprenant plus de 700 000 objets et des liens vers les sites marchands correspondants. La base de données devrait atteindre 3 millions d'articles d'ici septembre prochain (Source: The Guardian).

En France, la startup Smartsy travaille, elle aussi, à la mise au point d’une technologie de reconnaissance visuelle des objets. Lorsqu'un utilisateur scanne un objet avec la caméra de son smartphone, l’application identifie l’objet et transmet des offres promotionnelles sur l'article en question. Créée en 2011, la start-up a ouvert un bureau à Sunnyvale aux États-Unis et compte Red Bull, Warner et Sephora parmi ses clients. Elle vient de lever 500 000 euros auprès de business angels (Source : Clubic).
 

Voir aussi :

Vers un «Shazam» pour les chants d’oiseaux

Une application qui analyse l’environnement sonore pour avertir d’un danger

Identification sur mobile des vêtements dans les émissions de télévision

Réalité augmentée « au bout des doigts » pour aider les non-voyants

Des applications mobiles et collaboratives au service de la biodiversité

Une application mobile pour identifier les espèces d’arbres

Un service mobile pour cartographier la maladie des chênes californiens