TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Innovation


Les nouveaux modes de création et de financement des objets connectés

<p>Objets connectés : </p>
<p>nouveaux modes</p>
<p>de création</p>
<p>et de financement</p>


L’émergence de nouvelles générations d’objets connectés aux terminaux mobiles est sur le point de transformer de nombreux secteurs industriels : électronique grand public, électroménager et équipements de la maison, équipements de la personne (lunettes, montres), dispositifs de santé, automobile, habillement (notamment dans le domaine du sport). L’essor de ces objets repose d’une part sur la diffusion massive des interfaces mobiles auprès du grand public ainsi que la chute des coûts des capteurs (dont le nombre et les fonctionnalités connaissent une croissance spectaculaire) et enfin sur la généralisation des technologies de connexion (wifi, Bluetooth, 3G). À mesure que se développent ces objets connectés, les terminaux mobiles deviennent les « cerveaux » dans lesquels sont traitées les informations issues de ces objets. Cette division des tâches entre terminaux mobiles intelligents et objets (ou capteurs), permet aussi de concevoir des dispositifs connectés à coûts réduits.

Même si les nouvelles générations d’imprimantes 3D permettent de minimiser les coûts de prototypage, la conception d’un objet connecté et son industrialisation peuvent mobiliser des investissements importants : recherche de capteurs et de composants, recours à des consultants en design, fabrication de moules pour la fabrication, assemblage, application mobile, tests, production d’une présérie.

L’industrie du capital-risque finance désormais un grand nombre de projets dans ce domaine. Cependant, si le capital-risque est perçu comme la voie royale pour le développement de ces objets, de nombreux porteurs de projets d’objets connectés se tournent désormais vers des modes de financement alternatifs comme le financement participatif.

Des partenariats avec des industriels (corporate venture) permettent aussi à ces objets connectés de voir le jour.


Financement collaboratif : Kickstarter, IndieGogo…

Le financement collaboratif s’est imposé comme un vecteur de financement de projets dans le domaine technologique. Des plateformes comme Kickstarter ou IndieGogo ont permis aux concepteurs d’objets connectés de présenter les fonctionnalités de l’appareil, souvent à l’aide d’une vidéo : ils peuvent alors y vendre, en précommande, un nombre suffisant d’unités pour financer la réalisation d’une première série.

• Le recours des concepteurs d’objets connectés aux plateformes de financement collaboratif procède de plusieurs logiques. Pour certains projets, trop modestes ou correspondant à des marchés restreints, il s’agit clairement d’une alternative aux circuits traditionnels de financement de type amorçage ou capital-risque.
• Dans de nombreux cas, il s’agit d’une étape intermédiaire : la soumission d’un projet sur une plateforme permet de tester l’existence d’une demande solvable pour un objet innovant. Une fois la démonstration faite de l’existence d’une demande pour le dispositif, ses concepteurs sont alors en meilleure position pour convaincre des investisseurs.

• Dans tous les cas, la soumission d’un projet sur Kickstarter ou IndieGogo lui garantit une exposition médiatique : la presse spécialisée américaine (mais aussi européenne) suit de près l’actualité des campagnes sur ces plateformes, attire l’attention des lecteurs sur ces projets et les oriente vers les plus innovants d’entre eux.


La plateforme Kickstarter, créée en avril 2009, a ainsi permis de financer un large éventail de projets d’objets connectés. Elle a ainsi permis à plusieurs entreprises de voir le jour. 40 projets ont recueilli depuis 2009 des sommes supérieures ou égales à un million de dollars. Parmi ces 40 projets, 19 portaient sur la production d’objets innovants (et 21 portaient sur la réalisation de jeux vidéo).

Voir dossier : Les plateformes de crowdfunding : observatoires et générateurs d’objets connectés
 

Innovation ouverte : le partenariat General Electric/Quirky

Le groupe General Electric (GE), l’un des plus importants opérateurs dans les domaines de l’énergie, des transports (moteurs) et des industries de santé a annoncé en avril dernier la mise à disposition de 20 000 de ses brevets afin de stimuler l’innovation dans le domaine de des objets connectés. Cette évolution vers l’Internet des objets est ainsi appelée « Internet industriel » par GE. http://www.gereports.com/designed-for-speed/ GE a notamment conclu un accord avec Quirky, une société de design spécialisée dans la création de produits de consommation financés sur des plateformes participatives (crowdfunding). Cet accord portait sur la co-conception d’une ligne d’objets connectés baptisée Wink. http://gizmodo.com/5994291/ge-is-freeing-up-1000-patents-to-your-imagination

Quatre objets connectés ont d’ores et déjà vu le jour dans le cadre de ce partenariat :

Nimbus est un tableau de bord pour le bureau. Composé de quatre cadrans LED personnalisables à partir d’un terminal mobile. Nimbus permet d’afficher le nombre de courriers électroniques en attente, l’activité sur les réseaux sociaux, les indicateurs d’activité et de forme physique sur FitBit, de connaître les conditions du trafic sur divers trajets, et enfin, de gérer son agenda.

• Egg Mindera pour fonction de connaître la fraîcheur des œufs placés dans le réfrigérateur, en surveillant ceux qui y entrent et en ressortent.

• Pivot Power Genius est une multiprise électrique qui se tord et se plie pour s’adapter à la taille de divers adaptateurs, plus ou moins encombrants. Une application permet d’allumer ou de désactiver chacune des prises à partir du mobile.

• Spotter est un boîtier polyvalent. De taille réduite, et intégrant plusieurs capteurs, il mesure la température, l’humidité, les mouvements, la lumière ou le son et permet de suivre à distance ce qui se passe dans l’une ou l’autre des pièces d’un appartement (chambre d’enfant, buanderie, cave à vins). 

Le programme Cool Idea de ProtoLabs

Proto Labs, un fabricant de pièces prototypes et de petites séries personnalisées a mis en place un concours, Cool Idea, qui permet à des concepteurs d’objets de réaliser leurs projets d’innovation. Les projets retenus bénéficient d’un soutien d’un montant qui va de 100 000 à 250 000 $ : prototypage, plusieurs itérations de leur modèle, tests, usinage par commande numérique, moulage par injection, production d'une série initiale

La société italienne 2045Tech vient ainsi de mettre au point via cette plateforme un éthylomètre connecté, baptisé Floome .

Parmi les projets retenus au cours des trois dernières années figurent Soloshot (un système de suivi des objets pouvant être associé à pratiquement n'importe quelle caméra pour permettre le suivi d'un sujet unique et la prise de vidéos jusqu'à 500 m de distance), Télétact (une canne blanche standard qui permet non-voyants pour se déplacer en utilisant la détection par infrarouges et les vibrations) et SkyLight (un dispositif qui permet de connecter n'importe quel smartphone à n'importe quel microscope).

Voir aussi :

Les smartphones au cœur des nouveaux objets connectés

Objet connecté : un thermostat pilotable par terminal mobile

Une plateforme open source pour la maison connectée

Un logiciel Open Source conçu par Microsoft pour connecter les objets domestiques

Dossier : Les smartphones au cœur des nouveaux objets connectés

Le mobile comme télécommande universelle des équipements domestiques

Maison intelligente : réinventer le détecteur de fumée à l’ère des terminaux mobiles

Du thermostat connecté aux services du réseau électrique intelligent…

Un thermostat connecté comme base du réseau électrique intelligent ?

Programmer des tâches quotidiennes depuis son smartphone

Une ampoule électrique intelligente commandée par mobile