TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Développement durable - Actualités

Les objets connectés : un gouffre énergétique

Jeudi 10 juillet 2014 - Catégorie(s) : Développement durable.


Les objets connectés seraient à l’origine du gaspillage d’énormes quantités d’énergie. Selon l’étude de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), « More Data, Less Energy », le parc mondial d’appareils connectés aurait consommé en 2013 près de 616 TWh, soit plus que la consommation annuelle d’électricité d’un pays comme le Canada. Sur ce total, 400 TWh auraient été consommés « en pure perte ».

Ce gaspillage trouverait son origine dans des protocoles de communication qui imposent aux appareils de rester allumés en permanence. Un modèle de TV connectée consommerait ainsi 25 Watts en veille contre un peu plus de 30 W en fonctionnement. 80 % de l’électricité consommée par les objets connectés n’aurait d’autre finalité que de les maintenir en veille et sous tension.

Le nombre d’appareils connectés actuellement déployés à travers le monde est de 14 milliards : il pourrait croître à 50 milliards en 2020, puis 100 milliards en 2030. Leur consommation devrait dépasser 1100 TWh/an en 2025, soit l’équivalent de la consommation d’électricité de la Russie.
Selon l’AIE, les technologies permettant de réduire ce gaspillage existent : elles sont d’ailleurs utilisées dans certains smartphones pour préserver l’autonomie des batteries. Leur généralisation à l’ensemble des objets connectés pourrait réduire de 65 % leur consommation d’énergie.

L’AIE rappelle les industriels à leur responsabilité et elle recommande en particulier aux gouvernements d’imposer des normes visant à contrôler et à limiter la dérive énergétique des objets connectés (Source : Agence internationale de l’énergie).
 


 Voir aussi :

Des smartphones équipés d’un écran solaire pour la recharge des batteries

Après le Wi-Fi, le Li-Fi, l’échange de données par lumière visible (3)

Un écran solaire pour la recharge des smartphones et tablettes (2)

Dossier : Vers des objets connectés autonomes en énergie

Un écran solaire pour la recharge des smartphones et tablettes

Des capteurs pour recueillir toutes les formes d'énergie ambiante

Un projet européen pour des capteurs connectés et autoalimentés 

Une nouvelle génération de batteries pour alimenter les réseaux mobiles

Le problème d'échauffement des batteries de mobiles bientôt résolu ?

Vers la recharge sans fil des terminaux mobiles… et des véhicules électriques

La contribution paradoxale des smartphones à l’efficacité énergétique