TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Technologie et Innovations - Actualités

Les start-ups françaises se dirigent vers le crowdfunding pour développer des objets connectés (2)

Mercredi 6 août 2014 - Catégorie(s) : Technologie et Innovations.


Les plateformes de financement collaboratif (crowdfunding) se sont progressivement imposées comme une alternative crédible aux circuits traditionnels de financement pour des projets technologiques, notamment pour les objets connectés. Plusieurs centaines de start-ups (principalement américaines) ont ainsi levé des fonds sur Kickstarter ou IndieGogo pour financer l’industrialisation de leurs projets et tester l’intérêt du public pour ces nouvelles générations d’objets connectés.

Malgré la montée en puissance des plateformes françaises de financement participatif, de nombreuses start-ups françaises se tournent encore vers Kickstarter et Indiegogo pour développer des objets connectés.

Percées de Giroptic et Squadrone sur Kickstarter

Après le succès rencontré en juillet 2013 par le projet Lima, deux projets d’objets connectés français ont atteint cet été des records sur Kickstarter. La caméra à 360° de la start-up lilloise Giroptic a séduit 3900 financeurs et récolté 1,4 million $ : la plus forte somme récoltée par un projet français sur Kickstarter. (Source : Usine Digitale).

Le 15 juillet, la société grenobloise Squadrone a réuni 1,3 million $ auprès de 2 336 personnes pour son projet de drone équipé d'une caméra. Comme Lima, Squadrone avait fait le choix d’adopter un profil franco-américain en ouvrant un bureau aux États-Unis. 

En octobre 2013, ISKN (une start-up grenobloise fondée en 2013 par une équipe pluridisciplinaire issue des laboratoires du CEA-LETI) avait recueilli sur Kickstarter 350 000 $ (dix fois plus que l’objectif initial) pour produire et distribuer iSketchnote, une couverture tactile pour les tablettes qui permet de numériser croquis et notes. 

En juin 2013, la société HapiLabs (fondée par Fabrice Boutain) avait réuni 134 000 $ sur Kickstarter pour HAPIfork. Cette fourchette intelligente se donne pour objectif d’inciter ses utilisateurs à "manger lentement pour une meilleure santé". Elle est dotée d’un accéléromètre qui permet au consommateur de personnaliser son rythme d’alimentation
 

Décollage du projet Lima

La start-up franco-américaine Lima avait recueilli en juillet 2013 1,2 million de $ auprès de 12 800 personnes pour financer l’industrialisation de Lima (ex-Plug) : un adaptateur qui unifie la mémoire de plusieurs appareils : téléphones, tablettes, ordinateurs et permet de contourner les systèmes de stockage en cloud existants. (Source : Kickstarter).

Les fonds réunis sur Kickstarter ont permis à Lima d’assurer le développement du logiciel. En parallèle, l’industrialisation du boîtier électronique a été mise en œuvre avec un partenaire chinois basé à Shenzen. entre-temps, la société de capital-risque Partech est entrée au capital de Lima à hauteur de 2,5 millions $. L’équipe de Lima va passer à une vingtaine de personnes fin 2014. Les donateurs sur Kickstarter devraient recevoir les 17 000 boîtiers qu’ils ont commandés dans les prochaines semaines. Pour le grand public, le produit devrait être disponible à l’automne (Source : Usine Digitale).

Des projets d’objets connectés sur les plateformes françaises de financement participatif

La start-up française Wistiki s’était tournée en décembre 2013 vers la plateforme myMajorCompany pour le financement de Wist, une pastille de la taille d'une pièce de 2 euros. Équipé de la technologie Bluetooth low energy, le Wist dispose d’un GPS classique et d’une fonction radar. Ses concepteurs ont réuni plus de 80 000 € sur MyMajorCompany. 

Les concepteurs de TargetDrive viennent également de faire le choix de Mymajorcompany pour le financement de TargetDrive, un dispositif de lutte contre la somnolence au volant. TargetDrive repose sur deux caméras infrarouges Le boîtier repose sur un système d’algorithme qui mesure le pourcentage de temps durant lequel les yeux sont fermés aux moins à 85 %. 

Selon l’association Financement Participatif (FPF) qui fédère les acteurs du crowdfunding, près de 66 millions d’euros ont été collectés en France sur les 37 plateformes dédiées, soit deux fois plus qu’en 2013. Les plateformes de prêt arrivent en tête du classement (37 millions €), suivies par les plateformes de dons (19 millions €), puis d’investissement en capital (10 millions €). À ce jour, plus d’un million de personnes auraient déjà contribué à une campagne en France.
Plus de 44 000 projets ont été mis en ligne sur les plateformes françaises de crowdfunding. Parmi eux, les projets technologiques restent assez largement minoritaires : entre 3 et 4 % des projets de don (avec ou sans contrepartie) et 1 % des projets en quête de prêt. Ils représentent en revanche 20 % des projets en quête d’investisseurs (Source : Association Financement Participatif).

 

Voir aussi :

Crowdfunding et objets connectés de santé : succès, fausses promesses, voire escroqueries…

Les Français au sixième rang des financeurs de projets sur Kickstarter

Les start-ups françaises se dirigent vers le crowdfunding pour développer des objets connectés

Une plateforme pour observer et élaborer l’Internet des objets : le projet Kickstarter

Succès du financement collaboratif pour les objets du suivi de la forme

Des objets connectés pour analyser la composition des aliments… ou les molécules présentes dans le sang

Des financements collaboratifs pour les objets et appareils connectés

Une plateforme pour observer et élaborer l’Internet des objets : le projet Kickstarter

Un anémomètre « connecté» au smartphone sans circuit électronique

Succès du financement collaboratif pour les objets du suivi de la forme