TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Accessibilité et handicap


Les terminaux mobiles au service des handicapés moteurs

<p><br />
Les terminaux mobiles</p>
<p>au service des</p>
<p>handicapés moteurs</p>


De nombreuses équipes travaillent sur des dispositifs qui permettent aux personnes souffrant d’un handicap moteur d’activer certaines fonctionnalités ou faire défiler des contenus à l’écran des terminaux mobiles. Ces dispositifs font appel aux technologies de reconnaissance vocale, de commande oculaire (eyetracking), de reconnaissance des gestes ou du visage (facetracking). Initialement destinés aux personnes handicapées, ces dispositifs trouvent aussi des applications dans le monde professionnel (pour les médecins, techniciens ou musiciens qui doivent garder les mains libres) ou encore dans le domaine des jeux vidéo.

Des stylets pour l’utilisation des terminaux tactiles par les handicapés moteurs

Sans clavier ni touches, les écrans tactiles nécessitent un contact du doigt pour activer les différentes fonctionnalités. Pour les personnes présentant des difficultés à effectuer des mouvements précis, souffrant de déficience sensorielle dans les mains, cet obstacle peut être levé par l’utilisation d’un stylet qui reproduit l’effet généré par la conduction du doigt humain. Plusieurs sociétés ont mis au point ce type de stylets. Parmi elles, la société Ten One Design  propose des stylets destinés aux smartphones et aux tablettes pour les applications nécessitant un clavier virtuel ou pour le dessin. Ces stylets peuvent aussi être utilisés dans des contextes particuliers : quand les mains sont engourdies par le froid ou quand l’utilisateur doit porter des gants (Source : Handi-Pratique).

Pilotage des mobiles par le regard

Une autre piste réside dans l’utilisation des techniques de commande oculaire (Eyetracking).

Les chercheurs de l’Imperial College à Londres, ont mis au point un dispositif qui devrait permettre aux personnes souffrant de maladies comme la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson et la dystrophie musculaire, ou encore les victimes de traumatismes de la moelle épinière d’interagir avec un ordinateur par leurs seuls mouvements du regard. Ce dispositif est composé d’une paire de lunettes sur laquelle sont fixées 2 caméras vidéo utilisées habituellement pour les jeux vidéo. 

L’institut Fraunhofer travaille à la conception d’une paire de lunettes à affichage tête haute pour tourner les pages d’un document numérique à l’aide des mouvements des yeux. Ces lunettes intègrent une puce qui peut à la fois détecter les mouvements des yeux et transmettre des informations pour afficher des documents. 

Les technologies de commande oculaire sont longtemps restées confinées au monde de la recherche et de l’industrie. Elles sont longtemps restées coûteuses car elles nécessitaient l’utilisation de boîtiers, de casques ou de lunettes sophistiqués, combinant microcaméras et illuminateur infrarouge. La chute du coût des capteurs et les progrès des algorithmes ont permis de concevoir des dispositifs bon marché, intégrés aux automobiles (pour détecter la fatigue) ou aux consoles de jeux. La démocratisation de ces technologies, à laquelle travaillent les sociétés Tobii en Suède, The Eye Tribe au Danemark ou SMI en Allemagne, ouvre la voie à des dispositifs destinés aux personnes handicapées.

Et par les mouvements du visage

À l’instar de l’interface futuriste du film « Her » de Spike Jonze, un chercheur japonais a conçu un dispositif miniaturisé de 17 grammes qui se place autour de l’oreille comme une prothèse auditive. Les capteurs intégrés à ce dispositif détectent les mouvements des muscles faciaux par les déplacements qu’ils génèrent au niveau de l’oreille. L’utilisateur peut alors contrôler ses appareils électroniques par de simples mouvements du visage comme lever le sourcil, cligner les yeux, remuer le nez, serrer les dents ou tirer la langue… Son concepteur, Kazuhiro Taniguchi, de l’université d’Hiroshima, le présente comme une "troisième main" destinée aux personnes handicapées (mais aussi aux personnels de santé ou même aux astronautes). (Source : Mashable).

La startup israélienne Sesame Enable vient de mettre au point un dispositif de même nature mais d’une conception plus simple puisqu’il utilise des smartphones existants. Les ingénieurs de Sesame Enable ont modifié le logiciel du Nexus 5 pour permettre à la caméra frontale de suivre les mouvements de la tête. Combinant reconnaissance de la voix et reconnaissance des gestes, l’application permet a une personne immobilisée de déclencher par la voix l’appareil : une fois l’appareil allumé, des mouvements de la tête (a droite et a gauche vers le haut ou vers le bas) permettent de contrôler un curseur sur l’écran pour effectuer des appels vocaux, envoyer des messages et même jouer à certains jeux (Wired). Sesame Enable s’est tournée vers la plateforme de financement participatif IndieGogo pour financer l’industrialisation d’une première série. Elle a d’ores et déjà recueilli 13 000 $, près de la moitié de l’objectif qu’elle s’est assignée (IndieGogo).

 Une autre startup israélienne, Umoove, créée en 2010, s’est assignée l’objectif de démocratiser le contrôle des terminaux mobiles par des mouvements de la tête et les clignements des yeux. Comme celle de Sésame Enable, la technologie d’Umoove ne requiert aucun composant supplémentaire.


Voir aussi :

Contrôler son mobile avec le regard (2)

Dossier : Quelles interfaces pour les terminaux mobiles demain ?

Contrôler un ordinateur ou un mobile avec les yeux

Contrôler un smartphone avec les yeux

Des lunettes de réalité augmentée pilotées par le mouvement du regard