TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Vie locale


Mobilier urbain et objets connectés dans la ville

<p>Mobilier urbain</p>
<p>et objets connectés</p>
<p>dans la ville</p>

De nouveaux besoins liés à la connectivité mobile ont fait leur apparition dans les zones urbaines. C’est par exemple le cas pour autoriser la connexion à l’Internet des étrangers qui doivent souvent payer d’importants frais de « roaming », en particulier pour accéder et aux services en ligne des collectivités. Il s’agit aussi de répondre aux besoins des mobinautes qui souhaitent recharger les mobiles et autres tablettes dans des lieux publics.

Une nouvelle génération d’équipements urbains connectés

La Ville de Paris et le Laboratoire Paris Région Innovation ont lancé il y a deux ans un appel à projets "Mobilier Urbain Intelligent". 40 projets ont été retenus pour être implantés en un ou plusieurs endroits de Paris. La plupart de ces projets comprenaient un volet « connectivité ». Les abribus conçus par la société JC Decaux, par exemple, intégraient un port de connexion pour permettre aux personnes attendant le bus de recharger leurs terminaux mobiles.
La ville de Paris envisage aussi d’intégrer des microcellules de téléphonie mobile/wifi dans le mobilier urbain pour améliorer la couverture réseau et répondre à la croissance de la demande en débit. Ces micro-cellules pourraient être intégrées dans les abribus, les éclairages publics, les panneaux d’information, voire même les feux de circulation.
 

Les sociétés Ericsson et Philips ont quant à elles conçu des lampadaires à LED (diodes électroluminescentes) économes en énergie abritant des antennes pour le réseau mobile. L’intégration des antennes à l'intérieur des mâts d'éclairage public permettra aux opérateurs télécoms de multiplier le nombre de sites de cellules radio dans les zones denses. En plus de l'économie d'énergie de 50 à 70% réalisée en utilisant des ampoules LED, la municipalité pourra louer ces emplacements aux opérateurs qui veulent renforcer leur couverture mobile (Source : FierceWireless).

La start-up, Agora Energy, a entrepris de concevoir des capteurs et des objets connectés destinés spécifiquement aux villes. Elle a, notamment, conçu, un détecteur de présence destiné à économiser l’éclairage public (« l’interrupteur de la ville ») et un capteur de remplissage connecté pour optimiser la collecte des déchets en ville (verre, plastique, carton, vêtements). Ces équipements reposent sur des technologies de récupération de l’énergie ambiante (energy harvesting).

New York : les cabines téléphoniques transformées en bornes Wi-Fi gratuites

La ville de New York dispose de 12 360 cabines téléphoniques publiques, héritage de l’ère téléphonique « précellulaire ». La municipalité a annoncé le 11 juillet 2012 qu’elle envisageait, à terme, de transformer ces cabines en bornes Wi-Fi publiques. Elle souhaite assurer ainsi aux habitants et visiteurs de la ville équipés d’un terminal mobile un accès gratuit à l’Internet. Après l’expérimentation en 2012 de 10 bornes wifi pilotes, la municipalité avait ouvert une consultation publique sur les utilisations futures de son parc de cabines publiques, puis organisé en 2013 un concours pour « réinventer les cabines téléphoniques ». 

La municipalité a lancé en mai 2014 un « appel à propositions » pour le déploiement d’un « réseau robuste de points d’accès wifi » qui se substituera au « réseau vieillissant de cabines téléphoniques ». Le cahier des charges de cet appel à propositions prévoit que le service devra être gratuit, 24 heures sur 24 avec un rayon minimum de 26 m (85 pieds) : ce nouveau mobilier urbain devra offrir des services de téléphonie, notamment pour les appels d’urgence 911 et 311. Les candidats pourront y ajouter d’autres services comme des écrans tactiles interactifs, la recharge des batteries de téléphone, des capteurs environnementaux ou encore l'utilisation de l'énergie solaire pour alimenter ces points d’accès.

Le financement de cette nouvelle infrastructure urbaine proviendra principalement de la publicité. L’investissement pour sa mise en place est évalué à 200 millions $ sur 4 ans. Le régime de concession envisagé pourrait générer un revenu annuel de 17 millions de $ par an jusqu’en 2026 quand la concession arrivera à son terme. (Source Ville de New York). 

Boston : des bancs dotés de panneaux photovoltaïques pour recharger les terminaux mobiles

La ville de Boston, pour sa part, expérimente des « bancs intelligents » capables de fournir de l’électricité gratuite afin de recharger les terminaux mobiles. L’alimentation est assurée par un panneau photovoltaïque. Ces bancs, conçus par une start-up issue du MIT, sont, en outre, équipés de capteurs pour mesurer la température, le niveau sonore et la qualité de l’air (Source : Boston Globe).

 

Voir aussi :

Mobilier urbain et objets connectés dans la ville

Les cabines téléphoniques de la ville de New York transformées en bornes Wi-Fi gratuites (2)

Dossier : Les technologies mobiles au service du stationnement

Les perspectives des services mobiles pour les collectivités locales juin 2010