TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Santé - Actualités

Partage de la puissance des smartphones et recherche contre le cancer

Lundi 22 juin 2015 - Catégorie(s) : Santé.


Plusieurs projets de calcul distribué utilisent désormais la puissance des processeurs des smartphones non utilisée. 

Le projet BOINC (pour Berkeley Open Infrastructure for Network Computing) a mis au point en 2013 une application qui s'exécute sur les smartphones. Elle vérifie en permanence les paramètres de l’appareil comme la température interne, l’évolution du niveau de charge et la connexion à un réseau Wi-Fi afin de désactiver les calculs pour préserver l’énergie du smartphone. BOINC permet de distribuer gratuitement de la puissance de calcul à une centaine de projets scientifiques. 

L’application Power Sleep, développée conjointement par Samsung Autriche et la Faculté des sciences de la vie de Vienne, permet d’exploiter la puissance de calcul des smartphones quand leurs utilisateurs sont endormis. Pendant leur sommeil, l’application traite les données envoyées depuis la base de données Similarity Matrix (SIMAP). La recherche se concentre sur le décryptage des séquences de protéines dans des disciplines telles que la génétique, la biochimie, la biologie moléculaire ou la recherche sur le cancer. h


C’est une démarche de même nature qui inspire l’application Folding@home conçue par Sony et l'université de Stanford. Elle mobilise la puissance de calcul des smartphones pour effectuer des calculs sur le repliement des protéines (« protein folding »). Ces calculs sont ensuite envoyés à un serveur qui traite les données. 150,000 personnes l’ont téléchargée : certains jours, le projet exploite la puissance simultanée de 53,000 smartphones mis à disposition.

L’application mobile est une extension du projet d’informatique distribuée Folding@home lancé en 2007 par Vijay Pande, professeur de chimie à l’Université Stanford. Ce programme a déjà permis de simuler la structure de dizaines de protéines et a conduit à de nombreuses découvertes importantes. 

Une version destinée à l’ensemble des appareils Android est en cours de développement (Source : Université de Stanford)
 

Voir aussi

Science et partage de la puissance des processeurs des smartphones (2)

Les smartphones au service de la science

Un logiciel pour convertir les ordinateurs portables en sismographes

Séismes, smartphones et science participative