TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Vie locale


Perspectives des services pour la vie locale

Les services mobiles de proximité sont amenés à devenir le lien privilégié entre les citoyens et les décideurs locaux. C’est en particulier le cas lors de la mise en place de systèmes d’aide à la prise de décision locale d’aménagement

 

ou de mesure de pollution . De nombreuses villes en Europe et aux États-Unis ont déjà mis en place des applications sur mobile destinées à recueillir les avis ou contributions des citoyens sur l’aménagement local ou les transports. Le développement de services de proximité permet d’établir un dialogue permanent sur les opportunités offertes par les technologies de l’information dans le domaine de l’éducation, de la vie locale, de l’aménagement du territoire ou du développement durable.

Cependant, ces services ne pourront se développer efficacement que si les citoyens participent à leur conception et à leur évolution. C’est la raison pour laquelle cette participation constitue l’un des axes majeurs du développement des services Proxima Mobile . Grâce aux services sur mobiles, les Systèmes d’Information Géographiques (SIG) traditionnels, qui étaient le plus souvent des applications professionnelles, ont évolué pour devenir “publics et participatifs”.

La simplification du recueil des informations issues des citoyens (en particulier lorsqu’il s’agit d’informations géolocalisées) permet de développer de nouvelles formes d’interactions entre les citoyens eux-mêmes mais aussi entre les citoyens et les collectivités territoriales. Les services mobiles géolocalisés facilitent la création de ressources adaptées à des besoins spécifiques sur des thématiques diversifiées (accessibilité des lieux aux personnes handicapées, informations et services aux familles, mesure de la qualité de l’air ou des niveaux sonores, trafic routier, informations sur les moyens de transport etc..). Les communautés d’utilisateurs concernées sont invitées à contribuer à la définition et à la mise à jour de ces informations, développant ainsi un système d’aide à la prise de décisions locales (ou géodécisions).

Les systèmes de recherche géolocalisée sur mobile, qui viennent désormais s’ajouter aux moteurs de recherche traditionnels, représentent désormais un enjeu stratégique pour les élus locaux, mais aussi pour les entreprises de services sur mobile pour qui la publicité géolocalisée devient un atout commercial majeur . À terme la notion encore nouvelle de sollicitation liée à la géolocalisation des personnes (aussi nommé « Géo Spam ») deviendra un sujet de débat entre tous les acteurs locaux : citoyens, élus et entreprises.

La valorisation des données locales par les services mobiles est enjeu capital pour les acteurs nationaux et locaux qui peuvent améliorer la visibilité des informations et services auprès des habitants des territoires concernés, mais aussi auprès des visiteurs (touristes, entrepreneurs, travailleurs transfrontaliers…), contribuant ainsi à l’attractivité des territoires visités ou traversés.

Bientôt l’usage conjoint des technologies mobiles géolocalisées et de la réalité augmentée (voir dossier) va permettre aux urbanistes de « montrer » aux citoyens l’impact d’une décision sur leur vie quotidienne, leur environnement, Par exemple, lorsqu’elles sont liées aux informations sur les réseaux de transports, les technologies mobiles permettront d’évaluer les temps de transports et leurs évolutions en cas de déménagement ou de changement de lieu de travail.

Les évolutions techniques permettent désormais d’envisager le moment où le mobile deviendra le « carrefour numérique » qui permettra d’interagir avec le reste de notre environnement. Ainsi, les technologies des « villes intelligentes », qui sont l’un des chantiers majeurs du volet numérique du grand emprunt, seront en partie dessinées par les services sur mobiles. Outre l’aide qu’elles pourront apporter dans le domaine des transports, elles permettront d’améliorer la maîtrise énergétique des citoyens et des entreprises : avec la mise en place des compteurs électriques intelligents, les téléphones mobiles deviendront l’outil privilégié de consultation et d’adaptation de la consommation de l’énergie . En fonction des besoins mais aussi des variations de prix de l’énergie selon les moments de la journée, il sera possible d’obtenir des informations et des projections sur le montant de la facture énergétique voire de déclencher la mise en route d’appareils durant les heures « creuses »…