TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Vie locale


Quand les technologies mobiles transforment le transport en taxi

<p>Quand les technologies</p>
<p>mobiles transforment</p>
<p>le transport en taxi</p>

 

Les technologies mobiles sont sur le point de transformer en profondeur l’expérience du taxi pour ses usagers ainsi que le métier de taxi. Les taxis traditionnels, sont désormais confrontés à l’apparition d’une nouvelle génération de véhicule de tourisme avec chauffeur (VTC), dont le modèle économique repose assez largement sur des applications mobiles.

Pour répondre à cette nouvelle forme de concurrence, les acteurs traditionnels du taxi mobilisent à leur tour les technologies mobiles pour enrichir la qualité des services qu’ils proposent : accès wifi gratuit, réservation, recherche, paiement, partage… Lorsqu’ils sont connectés entre eux ainsi qu’avec les usagers, les taxis acquièrent la capacité de recueillir des données précieuses sur le trafic ou les itinéraires les plus rapides. Une des fonctionnalités rendues possibles par le mobile est aussi liée à la recherche en temps réel du taxi le plus proche.

À l’horizon des technologies embarquées et de la mise en place de réseau de plus en plus rapides se profile la perspective des véhicules (et donc aussi de taxis) sans chauffeurs. En effet les véhicules communiqueront entre eux pour éviter d’éventuelles collisions et aussi pour réguler le trafic et diminuer les risques de congestion du trafic.

Vers le Wi-Fi gratuit dans les taxis

Selon une enquête réalisée par Hotels.com dans 30 pays, 19 % des usagers du taxi consultent leur portable et communiquent par mail ou SMS pendant le trajet. Parmi les services qu’ils attendent des taxis, le Wi-FI arrive au premier rang (14 %), devant la radio et la musique. 
Selon une autre enquête réalisée à Londres, 79 % des usagers du taxi londoniens naviguent sur le Web pendant le trajet : 62 % consultent leurs messages professionnels et 68 % échangent sur les réseaux sociaux. 75 % d’entre eux sélectionneraient plus volontiers les taxis équipés d’un accès Wi-FI s’ils avaient un moyen de repérer par avance ceux qui proposent ce service. 

En Grande-Bretagne, la start-up Eyetease  a ainsi entrepris de déployer un service de connexion aux réseaux Wi-Fi dans les taxis londoniens. Le service CabWifi sera gratuit pour les usagers et financé par la publicité, avec un message publicitaire toutes les 15 minutes de connexion. La borne Wi-Fi installée dans le taxi devrait tirer parti des réseaux 3G et 4G (Source : The Verge).  

Microsoft, pour sa part, parraine 225 taxis londoniens qui proposent un accès Wi-Fi gratuit. L’opérateur mobile EE (filiale d’orange et de T-Mobile) expérimente l’installation d’une connexion rapide de 4G à bord de 50 taxis. 

À Paris, la société Taxis G7 prévoit d’équiper 2 000 voitures (sur 10 000 affiliées) d’un modem 4G et d’une antenne sur le pare-brise. Pour les taxis des catégories Club Affaires (berlines haut de gamme), l’accès Wi-FI sera couplé avec la mise à disposition d’une tablette tactile. 

Recherche des taxis en temps réel

Les services alternatifs au taxi, comme Uber, Cabify ou MyTaxi bousculent l’écosytème des taxis en mettant en contact directement les chauffeurs de taxi et les consommateurs. Les utilisateurs signalent l’endroit ou ils se trouvent : le service envoie alors le chauffeur professionnel le plus proche.

À Londres, l’application Kabbee est à la fois un comparateur de prix et un service de réservation des minicabs londoniens (taxis privés). Elle est opérationnelle sur le Grand Londres auprès de 4000 minicabs affiliés à soixante sociétés agréées. 

Les applications Taxis G7 et Taxiloc en Île de France, Taxi radio à Lyon, permettent de réserver un taxi : la commande automatiquement géolocalisée est alors traitée en priorité. La géolocalisation permet aussi suivre la progression du taxi en temps réel ; le temps d’approche restant est indiqué minute par minute. 

La ville d’Helsinki expérimente une option intermédiaire entre taxi et transport en commun. Une application mobile permet d’y commander un minibus : le trajet du Kutsuplus est facturé au kilomètre. Le tarif est plus cher qu’un ticket de bus mais moins cher que le taxi. 

Paiement mobile

Le paiement mobile figure parmi les services auxquels travaillent les compagnies de taxi. Elle est possible au Japon depuis plusieurs années grâce à la carte sans contact FeliCa.  Le paiement peut aussi s’opérer par SMS. L’opérateur téléphonique britannique Vodafone a ainsi conclu un accord avec 500 taxis londoniens pour mettre en place un service de paiement mobile par SMS. L’usager appelle un numéro pour s’inscrire au service gratuit, puis envoie un SMS avec le mot « Taxi », le numéro du taxi dans lequel il se trouve ainsi que le montant à régler. La note de taxi est alors directement prélevée sur sa facture de mobile. (Source : MobileToday).

L’application HailoCab lancée à Londres en novembre 2011 est présente dans plus de 10 % des taxis londoniens. Le chauffeur de taxi doit reverser à la société Hailo 4 % des transactions par carte de crédit et 10 % quand la course a donné lieu à une réservation : selon le fondateur de Hailo, ce prélèvement est largement compensé par la réduction du temps perdu à attendre les clients. À l’occasion des Jeux Olympiques à Londres, les sociétés Visa et Samsung avaient équipé 5 000 taxis londoniens de smartphones équipés de la technologie payWave pour le paiement NFC.

La société Square, à l’origine d’une solution de paiement sur mobile envisage, pour sa part, d’équiper les taxis de tablettes numériques. Elle négocie avec les autorités de la Ville de New York l’installation de tablettes associées à son système de paiement dans les taxis. À terme, outre le règlement de la course, cette tablette permettrait d’acheter des services (comme un billet d’avion) ou des produits durant le trajet. 

Vers le taxi-covoiturage

Les technologies mobiles ouvrent aussi la voie au partage de taxi : le taxi-covoiturage. Des applications comme "EcoTaxi" permettent ainsi de rapprocher les personnes qui prennent un taxi chaque jour (elles sont près d’un million en France) et de diviser le prix de la course tout en contribuant à limiter les émissions carbone. L’utilisateur précise le trajet et l’heure à laquelle il souhaite l’effectuer et une liste de personnes susceptibles de partager son déplacement lui est alors proposée

L’application Taxi Partage repose sur un principe proche : après que l’utilisateur a saisi ses points de départ et d’arrivée, elle se charge de déterminer la route et de trouver, à proximité, d’autres personnes dont la destination est sur le même trajet ou au-delà du point de décharge. La recherche d’un co-voyageur peut être faite pour un départ immédiat ou planifiée pour un départ ultérieur. 


Les taxis, capteurs et vigies du trafic urbain

À Tokyo, une compagnie de taxis enregistre, en temps réel, les données de circulation des 12 000 taxis affiliés, issues des GPS et d’une application mobile spécifique. Associée à SAP et au Nomura Research Institute, cette application consolide ces données pour réaliser des projections dynamiques et prévoir, en quelques secondes, où et comment se produisent (ou se déplacent) les bouchons. L’information envoyée aux chauffeurs leur permet alors de choisir le trajet le plus rapide.

En Allemagne, l’Université technique de Munich va installer des smartphones équipés d’une application mobile à bord de quelques dizaines de taxis en vue de mieux comprendre les paramètres économiques et écologiques de l’électrification du parc automobile. L’application mobile reportera la position, les accélérations, les changements de direction, les retards. Toutes ces données techniques seront ensuite utilisées pour simuler l'état de la batterie d'un véhicule électrique équivalent au véhicule réel.

L’expertise des chauffeurs de taxi mobilisée pour fluidifier la circulation

De nombreuses applications mobiles existent désormais pour planifier les trajets en ville. Le plus souvent, ces applications calculent l’itinéraire le plus direct à partir des plans de ville, en y associant, pour certains d’entre eux, des données de trafic en temps réel. En Chine, les laboratoires Microsoft Research explorent une approche différente qui s’appuie sur l’expertise de 33 000 taxis à Pékin. Les tests ont confirmé que les chauffeurs de taxi pratiquent des trajets plus rapides aux différentes heures de la journée. Ainsi, le système modélise les parcours des taxis pour en extraire leurs habitudes de conduite : il recueille aussi les informations transmises en temps réel par le GPS des taxis sur les conditions de circulation. L'application analyse aussi les conditions météorologiques pour établir des prédictions de circulation sur une zone donnée. L’algorithme serait capable de déterminer le comportement spécifique d’un conducteur afin de lui proposer des trajets qui tiendraient compte de son style de conduite, ou de sa familiarité avec certaines rues qu'il traversera plus rapidement (Source : Technology Review).

Des taxis sans chauffeur ?

Alors que les programmes de voitures autonomes connaissent une forte accélération, suite au lancement de la Googlecar, le transport en taxi pourrait connaître des transformations plus radicales encore. En effet sur des trajets à forte fréquentation et sur des voies dédiées, il est désormais possible d’automatiser la conduite en particulier avec des véhicules électriques. Le déploiement de nombreux capteurs au sein de ces véhicules et sur la voie publique devrait rendre possible la montée en puissance de nouvelles flottes de véhicules urbains automatisés.

Le Royaume-Uni envisage ainsi d’expérimenter un dispositif de taxis autonomes à Milton Keynes, une ville au nord de Londres, à partir de 2015. Dans un premier temps ces « pods » devraient circuler sur des voies spécialement aménagées pour des trajets précis entre la gare et le centre-ville. Le véhicule électrique, conçu pour deux personnes, fonctionne sans chauffeur grâce à un système GPS, des caméras et des capteurs anti-collision. Des taxis automatisés sont déjà en circulation à l'aéroport d'Heathrow. Ils circulent sur des voies réservées (Source : Driverless).


Voir aussi :

Comment les services mobiles transforment les transports en taxi

Londres : recherche en temps réel sur mobile du taxi le plus proche

Paiement des taxis par SMS à Londres

Une application mobile pour le « taxi-covoiturage »

Optimisation des calculs d’itinéraires sur mobile basée sur l'expertise des chauffeurs de taxi

Une application pour commander le taxi le plus proche en temps réel

Londres : recherche en temps réel sur mobile du taxi le plus proche