TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Vie locale


Technologies mobiles et Internet des Objets à la Poste

<p>Technologies mobiles et</p>
<p>Internet des Objets</p>
<p>à la Poste</p>



Pour compenser l’érosion de la distribution de courrier, la Poste (260 000 salariés, dont 85 000 facteurs, 17 000 bureaux et « points de contact ») a entrepris de se transformer en entreprise multicanal.

La Poste s’était associée en 2011 à l’opérateur SFR au travers d’une co-entreprise pour commercialiser des services de téléphonie mobile. Elle s’est dotée en avril 2014, d’une direction du numérique chargée de la mutation numérique du groupe. Aux côtés des quatre autres branches (Services Courrier Colis, Banque Postale ; Geopost dédiée au courrier express et Réseau La Poste), cette nouvelle direction explore les futurs métiers du groupe.

Un grand nombre de ses services aux usagers sont déjà disponibles via son portail mobile (géolocalisation du bureau de poste le plus proche, recherche d’un code postal, calcul du coût d’un envoi, accès aux comptes en ligne de La Banque Postale). Elle propose, en outre, dix applications mobiles, autour du service postal (comme le suivi des envois de courrier et de colis), des services financiers ou encore de la philatélie.

85 000 facteurs équipés de terminaux mobiles

Pour mettre en œuvre ses nouveaux services aux usagers, la Poste a entrepris d’équiper d’ici la fin de l’année 85 000 facteurs d'un nouvel outil de travail, appelé Factéo, spécialement conçu pour la Poste. Celui-ci permet aux agents de communiquer (téléphonie, SMS, e-mail, internet), d’accéder aux actualités du groupe et aux informations internes. Des applications permettent, en outre, de gérer la tournée du facteur et de rendre des services aux usagers.
À ce jour, trois applications sont disponibles : l'une permet le flashage et la signature des objets suivis (lettre recommandée, colis, etc.). Une seconde application est dédiée aux procurations (liste des personnes habilitées à signer les récépissés en cas d'absence du destinataire) et une troisième traite les réexpéditions (quotidiennement le facteur est informé de tout nouvel ordre de réexpédition du courrier d'un foyer) (Source : Ouest France).

Ouverture des données postales

La Poste a engagé, avec Dataposte, en 2013 une dans une démarche d’ouverture des données postales. La Poste a ainsi ouvert au public la base nationale officielle des codes postaux, les données relatives au réseau des bureaux de poste, aux espaces de retrait So Colissimo et aux consignes automatiques Cityssimo. 

Le 15 avril 2015, la Poste a rendu publique la Base Adresse Nationale (BAN) qui associe des coordonnées géographiques à chacune des 25 millions d’adresses sur le territoire français La BAN a été constituée à partir des bases adresses de La Poste, de l’IGN et de la DGFIP (Ministère de l’économie) et par celles de l’association OpenStreetMap. Cette dernière avait entrepris de constituer une Base adresse nationale ouverte (BANO) à partir des données recueillies par des contributeurs ou de jeux de données publiques comme le cadastre. sera nourrie par les contributions citoyennes.

Innovation ouverte

La Poste a entrepris de nouer des relations avec le monde des startups au travers du Digital Lab. Après avoir détecté les start-up pertinentes pour les activités du Groupe, le Digital Lab pilote la réalisation de « preuves de concept » proof of concept, dans divers domaines : e-commerce, confiance numérique, big data, économie collaborative, marché des seniors (« silver economy »), villes intelligentes et connecté. Elle s’est également dotée d’un accélérateur industriel, Start’inPost, qui accompagne des startups sur douze mois. Depuis son lancement mai 2014, Start’inPost a reçu 135 dossiers. Elle dispose, enfin, d’un instrument financier, XAnge Private Equity, pour investir dans des entreprises.

Test de livraison de colis par drones

GeoPost teste la livraison de colis par drones sur le site du Centre d'études et d'essais pour modèles autonomes (CEEMA) dans le Var. Lors de cette expérimentation, le drone a effectué une séquence complète et totalement automatisée de transport d'un colis. Avec ses six rotors électriques, le drone conçu par la société Atechsys a transporté un colis de 2 kg sur une distance de 1 200 m.

Serrure connectée et gestion des accès aux immeubles et aux entreprises

 

Depuis le mois de janvier, la Poste expérimente dans 50 bureaux de poste du Sud-Est Postaccess, un service qui de verrouiller/déverrouiller une porte par l’intermédiaire d’un smartphone, d’un badge ou d’un bracelet connecté. Ce système de gestion d’accès concerne aussi bien les entreprises (qui n’auraient plus besoin de confier leurs clés pour accéder à leurs locaux) qu’aux particuliers qui pourront gérer l’accès de leurs proches ou de prestataires de services (baby-sitter, femme de ménage...) à leur logement, ou encore pour des échanges d'appartements sur des horaires pouvant être définis. Selon la direction de la Poste, le service s'adapte à la quasi-totalité des serrures.

Un programme de soutien à l’innovation dans l’Internet des objets

Au travers de sa branche Numérique et de sa filiale Docapost, le groupe La Poste vient de lancer un programme destiné aux start-up, baptisé French IoT.
La Poste se propose d’animer d’ici à la fin 2015 une communauté d’une centaine de jeunes sociétés et de soutenir de manière proactive une quinzaine d’entre elles. Quatre régions sont ciblées prioritairement pour amorcer cette dynamique d’ici à la fin juin 2015 : l’Aquitaine, l’Ile-de-France, le Nord-Pas-de-Calais et les Pays de la Loire.

Les startups pourront s’appuyer sur le Hub numérique de la Poste pour tester leurs objets connectés, développer de nouveaux usages ou services et tester de nouveaux modèles économiques. Le Hub numérique de La Poste peut s’intégrer avec tous les objets connectés, quels que soient la technologie employée et les réseaux de communication utilisés. Il permet notamment à l’utilisateur de les regrouper dans un espace unique et sécurisé, de piloter toutes les données qui en sont issues, d’en conserver l’historique et de les partager (Source : l’embarqué).

 

Voir aussi :

Technologies mobiles et Internet des Objets à la Poste

La Poste va équiper ses 100 000 postiers de terminaux mobiles

Nouveaux usages des technologies mobiles à la Poste

Des SMS pour remplacer les timbres-poste

11500 terminaux NFC dans les bureaux de poste britanniques 

Des imprimantes 3D dans les bureaux de poste