TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Handicap - Actualités

Troubles de l'audition : appareiller le mobile plutôt que le patient

Vendredi 22 août 2014 - Catégorie(s) : Handicap.


L’usage du téléphone représente pour les personnes sourdes et malentendantes ( 8% de la population française) l'un des obstacles les plus importants dans le cadre de leur vie personnelle, sociale et professionnelle.

Les pistes de recherche pour simplifier l’usage du téléphone et les solutions envisagées varient selon les degrés de handicap auditif et les contextes d’utilisation. Une des pistes les plus prometteuses consiste à intégrer des aides auditives dans les smartphones.

Un certain nombre d’applications mobiles ont ainsi été mises au point, comme SoundAMP pour amplifier le son ou le retraiter en temps réel pour filtrer le bruit de fond. Des chercheurs de l'Université de HongKong et l’éditeur de logiciels Ximplar (Hong Kong) ont mis au point ACEHearing, un logiciel qui analyse et compense les déficiences auditives.

Les chercheurs de l’Institut Fraunhofer en Allemagne, pour leur part, travaillent au développement d’une technologie qui permettrait de compenser en partie la perte auditive en modulant les fréquences. Depuis l’écran du téléphone, l’usager pourra augmenter les fréquences qu’il perçoit le moins et simultanément diminuer celles qui le gênent. Un système d’ajustement automatique est aussi prévu. En plus des fonctionnalités d’ajustement des fréquences, cette technologie permettra d’atténuer les nuisances sonores ambiantes afin de mieux distinguer les fréquences dites « conversationnelles ». 

La PME parisienne Arkamys s’inscrit dans cette même approche : appareiller le mobile plutôt que le patient. À cette fin, elle a mis au point deux applications mobiles. L’une mesure le profil auditif de l'utilisateur à l'aide d'un audiogramme tonal. Cette mesure est réalisée à l'aide du téléphone, dans les conditions réelles d'utilisation : elle peut être répétée de temps en temps afin de vérifier l'évolution de la capacité d'audition. La seconde adapte le rendu sonore du téléphone au profil auditif de son utilisateur. En parallèle, différents dispositifs d'annulation des bruits de fond ont été intégrés à l'application (Source : ADIT).

 

Voir aussi :

Une application qui analyse l’environnement sonore pour avertir d’un danger

Interface tactile augmentée et reconnaissance des sons

Application collaborative et interprétation des sons enregistrés par les malentendants

Quelles innovations mobiles pour lutter contre le handicap auditif ? 

Une prothèse auditive intégrée dans le smartphone