TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Technologie et Innovations - Actualités

Un guide à l’intention des entrepreneurs et des investisseurs qui s’intéressent aux objets connectés

Mardi 31 mars 2015 - Catégorie(s) : Technologie et Innovations.


Le cofondateur et PDG de CubeSensors, Aleš Špetič, vient de publier un guide destiné aux investisseurs dans le domaine des objets connectés. Ce guide vise essentiellement à pointer ce qui distingue les start-ups qui développent des logiciels et celles qui s’attaquent à la production d’objets matériels connectés : les critères et les grilles d’analyse que les investisseurs appliquent aux applications ne sont en effet pas opérants pour les objets connectés. Ne trouvant aucun guide de référence sur cette question, Aleš Špetič, s’est résolu à le rédiger.

La différence principale entre ces deux familles de start-ups réside dans la chronologie (ou phasage) des opérations, qui va de la conception à l’industrialisation, et dans les risques associés à chacune de ces phases. Aleš Špetič en distingue cinq.

L'esquisse (sketching)

Les concepts d’objets connectés peuvent provenir soit d’une technologie en quête d’un problème à résoudre ou d’un problème pour lesquels les fondateurs trouvent une solution technique : les deux processus étant tout aussi valables. À ce stade, les entreprises ne disposent que d’une esquisse. Ainsi, certaines entreprises lancent des campagnes de financement sur Kickstarter ou IndieGoGo sur la base d’une idée : elles se révèlent souvent incapables de livrer le produit ou le font après de longs retards. Elles font face à une longue liste de difficultés et seules les plus chanceuses transformeront ce lancement en une entreprise durable.

La phase de prototypage

Dans la phase de prototypage, la plupart des start-ups recherchent un financement et de la visibilité. Très souvent, les prototypes sont fabriqués avec des plates-formes de développement comme Arduino ou Raspberry PI. Presque toutes celles qui se tournent vers le financement participatif disposent d’un prototype fonctionnel : le plus souvent un boîtier imprimé en 3D. Le volet logiciel est encore bancal mais le matériel fonctionne déjà plus ou moins. La majorité des précommandes intervient à ce stade. L’échelle de temps avant la livraison de l’objet est généralement de 12 mois si l’entreprise figure parmi les plus chanceuses.


La phase de production


Dans la phase de production, l'entreprise met en place des process de fabrication, organise la chaîne d’assemblage, conçoit les emballages, les manuels et mode d’emploi, travaille sur la certification : autant d’activités qui mobilisent des ressources, sans lesquels le projet tourne court. C’est à ce stade que les investisseurs peuvent intervenir : pour apporter des capitaux et aider à trouver le dirigeant et les fournisseurs appropriés. À ce stade, l’échelle de temps avant la livraison doit être d’environ 6 mois.

 

La phase de fabrication

La phase de fabrication confronte l’entreprise à une série de nouveaux défis : en premier lieu les problèmes de qualité et de respect des délais. Les cycles de production prennent du temps : généralement de 8 à 12 semaines. Le risque est alors celui de la rupture de stocks : pour contourner celui-ci, l’entreprise doit augmenter la taille des lots. Le passage de 3000 unités à 15 000 unités par lot, par exemple, mobilise des capitaux importants. De surcroît, les fournisseurs prêtent moins attention (en termes de délais et de qualité) aux commandes qui portent sur de petits volumes.
A ce stade, l’investisseur doit être capable d’analyser avec lucidité la situation les difficultés rencontrées font elles partie du processus naturel de développement d’un objet connecté ou bien y a-t-il de sérieux problèmes quant à la conception même du produit ? Les investisseurs sont moins indulgents pour les start-ups dédiées aux objets connectés que pour leurs homologues purement logicielles : ceci parce qu’il suffit de publier une mise à jour pour un logiciel alors que la correction des défauts d’un appareil dépend assez largement de tiers. À ce stade, l’entreprise est en situation de livrer, mais le plus souvent avec du retard.

Le passage à l'échelle (scaling)

Quand l’entreprise commence à travailler sur des volumes importants, qu’elle a noué des accords de distribution et dispose de fonds propres suffisants pour financer la production, elle cesse d'être une start-up et se transforme en entreprise industrielle.

Le guide est organisé en 10 chapitres synthétiques :

• Les cinq phases de la vie des start-ups matérielles
• Les ressources qui distinguent les start-ups matérielles des autres
• Les marchés cibles
• Évaluation de la "traction" et des ventes
• Marges, nomenclature et facturation
• Propriété intellectuelle et les brevets
• Fabrication et risques
• Exigences de fonds propres
• Modèles de tarification
• Positionnement concurrentiel

CubeSensors est une start-up basée en Slovénie. Elle a conçu un cube doté de nombreux capteurs (température, humidité, bruit, lumière, qualité d’air, pression de l’air, vibration) qui analyse l’environnement d’une maison ou d’un appartement. Ces cubes permettent de mesurer la « qualité de vie » au sein des différentes pièces. Les informations collectées sont ainsi disponibles via une application mobile (Source : An Investor's Guide to Hardware Startups).
 

Voir aussi :

Dossier : Financement participatif pour les start-ups françaises des objets connectés

Les start-ups françaises se dirigent vers le crowdfunding pour développer des objets connectés

Des incubateurs et des «accélérateurs» dédiés aux objets connectés

Un incubateur franco-chinois à Shenzhen dédié aux objets connectés