TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Développement durable - Actualités

Une nouvelle génération de capteurs ouvre la voie à la météorologie «participative»

Mercredi 19 novembre 2014 - Catégorie(s) : Développement durable.


Jusqu’à une période récente, les prévisions météorologiques reposaient sur des relevés effectués par un nombre limité de stations fixes. De nombreuses recherches et initiatives visent désormais à tirer parti de la généralisation des smartphones et de nouvelles générations de capteurs pour multiplier les observations et les mesures et ainsi fournir des informations et des prévisions plus fines et potentiellement plus fiables.

Les climatologistes qui sont à la recherche de données issues d’un grand nombre de lieux pour affiner leurs modèles de prévision, ont pressenti l’intérêt d’effectuer la synthèse des données recueillies par les capteurs. La start-up française Netatmo a ainsi lancé en septembre 2012 une station météo personnelle connectée aux smartphones. Elle est constituée de deux modules : pour la mesure de l’environnement à l’intérieur et à l’extérieur. L’objectif est de coproduire, à partir des stations individuelles, une carte en temps réel des températures et des précipitations les plus précises possibles. 

La société britannique OpenSignal (à l’origine d’une application qui exploite les données captées par les smartphones pour cartographier la couverture des réseaux mobiles) a développé en 2012 l’application WeatherSignal pour recueillir les données issues des capteurs de température présents dans les smartphones. En agrégeant les données issues d’un grand nombre de smartphones, ses concepteurs se proposaient de dresser une cartographie hyperlocale de la température. Soucieux de diversifier les types et les sources de données, les développeurs d’OpenSignal/WeatherSignal ont entrepris de tirer parti du capteur de pression atmosphérique qui équipe la dernière génération de smartphones d’Apple (iPhone 6).

En 2013, la start-up danoise Robocat a mis au point Thermodo, un accessoire capable d’analyser la température. Cette sonde thermique, sous la forme d’un cylindre de 36,5 mm de long et d’un poids de 7 grammes, qui se fixe sur la prise du micro avait rencontré l’adhésion de près de 9000 contributeurs sur la plateforme de financement participatif Kickstarter : ils avaient réuni 336 000 $ (dix fois plus que l’objectif initial fixé à 35 000 $) pour financer la production d’une première série. Une plateforme permet de visualiser les mesures effectuées par les utilisateurs de Thermodo. 

C’est une démarche de même nature qui a inspiré le projet StormTag. Cet accessoire, de la taille d’une pièce de deux euros, intègre une sonde de pression atmosphérique, un thermomètre, un capteur d’UV et un capteur d’humidité. À l’issue d’une campagne de lancement sur Kickstarter, ce projet a recueilli 112 000 $ auprès de 2 268 contributeurs (soit 6 fois plus que l’objectif initial). 

Partenariat OpenSignal et StormTag

Les données recueillies par les capteurs StormTag s’actualisant en temps réel, l’application peut alors envoyer des alertes en cas de changement inopiné de la pression atmosphérique annonçant des précipitations ou des orages. Ces données sont ensuite stockées sur les serveurs de la société OpenSignal et visualisables via l’application WeatherSignal.

Le partenariat conclu avec StormTag permet à WeatherSignal de diversifier les types de données (température, pression atmosphérique, humidité et champ magnétique) et de les afficher sur ses cartes. http://weathersignal.com/ Open Signal/ WeatherSignal collabore désormais avec des météorologues des universités de Washington et Birmingham et avec ceux du Met Office (l’équivalent britannique de Météo France) améliorer les modèles prédictifs et les partager avec le public (Source : WeatherSignal)

 

Voir aussi :

Des capteurs de pression atmosphérique dans les smartphones pour optimiser les prévisions météo

Dossier : météorologie sur mobiles et crowdsourcing

Les capteurs de pression atmosphérique des smartphones au service de la prévision météo

Une station météo individuelle connectée au smartphone (2)

Météo hyperlocale et collaborative

Transformer les automobiles en stations météorologiques

Mesurer vitesse et direction du vent sur un smartphone