TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Technologie et Innovations - Actualités

Vers des applications mobiles qui préservent la confidentialité des échanges ?

Jeudi 13 février 2014 - Catégorie(s) : Technologie et Innovations.


Les inquiétudes autour de l’exploitation commerciale des données personnelles et les révélations relatives aux programmes de la NSA sont à l’origine d’une nouvelle génération d’applications mobiles explicitement destinées à contourner ou rendre inopérante la surveillance des communications. Cependant, si cette nouvelle vague d’applications répond à un besoin grandissant de confidentialité (pour les individus comme pour les entreprises), elle permet aussi de rendre plus complexes les enquêtes liées à des activités illégales.

Plusieurs applications ont ainsi vu le jour au cours des derniers mois et semaines pour transposer la démarche des photos éphémères (mise en œuvre par SnapChat) au domaine de la messagerie instantanée (« chat ») : elles permettent d'échanger des messages qui s’autodétruisent.
• Les messages de l’application Confide sont « bloqués » jusqu'à ce leur destinataire passe le doigt sur l’écran pour les lire. Lancée en janvier 2014 et destinée au monde de l'entreprise, la start-up vient de lever 1,9 million de dollars.
• L’application Telegram intègre une minuterie qui permet de régler la durée de vie d’un message : habituellement de 1 à 5 minutes.

Plusieurs start-ups radicalisent encore la démarche en imaginant des réseaux sociaux fondés sur l’anonymat ou le semi-anonymat.
• L’application Wut s'inspire de Facebook mais n’en conserve que les seuls statuts : lorsqu’on actualise un statut, seuls les amis peuvent en prendre connaissance, sans savoir qui en est l’auteur. Les messages sont rapidement effacés sur les serveurs.
• La messagerie instantanée Popcorn, quant à elle, permet de discuter en privé avec des personnes dans un rayon géographique d’un kilomètre et demi : elle permet d’échanger anonymement sur l’actualité et la vie locales.
• L’application Secret permet de poster des messages sans dévoiler son identité : elle exploite les carnets d’adresses des participants pour signaler les messages émis par des « amis » ou des amis d’amis. Cette application a connu une adoption très rapide parmi les professionnels du numérique : le ton des messages qu’y circulent est souvent polémique et négatif. Elle sert aussi de canal pour bon nombre de rumeurs sur les entreprises de la Silicon Valley. Les cofondateurs de Secret s’inquiètent de cette dérive : la liberté de ton que permet l’anonymat devait contribuer, selon eux, à "élever le niveau d'authenticité" des échanges entre les participants (Source : New York Times).

 

Voir aussi :

Exploitation des données des téléphones mobiles et protection de la vie privée

Préserver l’anonymat et la confidentialité des communications mobiles

Authentification et sécurisation des communications mobiles