TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Technologie et Innovations - Actualités

Vers des réseaux de téléphonie mobile décentralisés (2)

Mardi 4 mars 2014 - Catégorie(s) : Technologie et Innovations.

 

Avec la généralisation de la 3G et l'arrivée de la 4G, les réseaux de téléphonie mobile font face à une explosion des volumes de données échangées.

Les opérateurs mobiles, s’ils permettent la connexion des smartphones aux réseaux wi-fi, n’encouragent pas le partage des connexions mobiles. Aux États-Unis et en Europe, ils ont très longtemps bloqué la possibilité de connecter les téléphones à d’autres appareils (tethering).

Des start-ups comme Open Garden ont développé des applications qui permettent de partager les connexions 4G. Chaque utilisateur qui accepte de partager une partie de sa connexion Internet bénéficie d'une partie de la connexion des autres dès qu'il se déplace. L'application Open Garden détecte les autres utilisateurs de l'application à proximité afin de pouvoir soit partager une connexion, soit en bénéficier.

Une nouvelle start-up, baptisée M87, a entrepris de convaincre les opérateurs qu’ils pourraient tirer parti d’une architecture réseau qui permet le partage de la bande passante entre les usagers. M87 a développé une technologie qui permet aux smartphones de s'organiser de manière dynamique dans les réseaux maillés (mesh) en utilisant leur connexion Wi-Fi gratuite. Si un téléphone dispose d'une connexion de qualité inégale, il empruntera la fréquence radio d’un téléphone proche. Dans un réseau ainsi conçu, les téléphones ne sont plus seulement un terminus pour la connexion : ils deviennent un nœud à travers lequel d’autres terminaux connectés peuvent se connecter. Selon ses concepteurs, cette connectivité "crowdsourcée" pourrait augmenter de façon importante la capacité globale des réseaux mobiles (Source : GigaOm).

Les chercheurs du Centre d'informatique et des technologies de l'information (TZI) de l'Université de Brême travaillent au développement d'un réseau décentralisé. Il s'agirait d'une solution permettant l’échange à haut débit avec une consommation d'énergie réduite, un réseau de cellules intelligentes, d'une portée inférieure à 50 m, qui communiqueraient entre elles et avec le cloud. Ce projet européen a été baptisé iJOIN (Interworking and JOINt Design of an Open Access and Backhaul Network Architecture for Small Cells based on Cloud Networks).

Plus récemment, la société Artemis Networks a exploré, avec pCell, une approche encore plus radicale dans laquelle chaque téléphone devient réemetteur. Cette technologie repose sur un réseau de petites antennes, agissant comme autant de points d'accès wi-fi fournissant à chaque mobile un accès à plein débit, indépendamment du nombre d'utilisateurs connectés. Au lieu de gérer le partage du spectre radio entre mobiles comme dans un réseau cellulaire ou wi-fi classique, pCell fonctionne comme si chaque mobile se voyait attribuer son propre canal radio pour communiquer. Cette technologie tire partie des interférences causées par de multiples mobiles communiquant à proximité, pour leur livrer un canal radio de bonne qualité, grâce à des algorithmes mathématiques. Cette architecture remplacerait les grandes antennes cellulaires actuelles et permettrait à tous les utilisateurs de smartphones de disposer d'un réseau haut débit personnel plus puissant que le Wi-Fi actuel. Steve Perlman, le PDG d'Artemis Networks avait été, chez Apple, à l'origine du logiciel de vidéo Quicktime. Plus récemment, il a été l'un des pionniers du jeu en nuage (cloud gaming) avec Onlive (Source : Venturebeat).

 

Voir aussi :

Technologies et réseaux de l’Internet des Objets

Vers un réseau de téléphonie mobile décentralisé

4,5 milliards de smartphones d'ici 2018

15 % du trafic Internet mondial passe par les mobiles

Le trafic mondial de données sur mobiles a doublé en un an 

Un moteur de recherche spécialisé dans les objets connectés

Internet des objets : une technologie pour sélectionner les données issues de capteurs environnementaux

De nouveaux identifiants uniques pour les objets mobiles connectés

Développer l’Internet des Objets avec des étiquettes RFID à coût réduit