TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Technologie et Innovations - Actualités

Vers la 3e génération de montres connectées

Vendredi 29 août 2014 - Catégorie(s) : Technologie et Innovations.


Selon le cabinet d'études Strategy Analytics, près de deux millions de montres connectées auraient été vendues dans le monde en 2013. 

Déjà en 2004, Microsoft avait conçu une première montre "intelligente", baptisée Spot (Smart Personal Objects Technology). D’autres tentatives suivirent comme le modèle GD-910 de LG en 2009. Cependant, leurs fonctionnalités restreintes et l’absence d’ergonomie de ces premières générations de montres connectées ne leur permirent pas de rencontrer le succès auprès du grand public. La diminution des prix des composants et en particulier des capteurs intégrés a par la suite permis d’envisager la création de montres connectées qui ne seraient pas seulement des substituts aux smartphones mais pourraient être à l’origine de nouvelles fonctions dans le domaine du suivi de l’activité ou de la santé ou encore du contrôle des appareils domestiques.

En 2012, la société Pebble repensait le concept de montre connectée et recueillait sur Kickstarter plus de 10 millions $ pour produire une première série. La Pebble se singularisait par un écran e-Ink (de même type que celui qui équipe les liseuses) et par sa connectivité. Dans le sillage de la Pebble, des constructeurs comme Sony, Samsung et Qualcomm ont proposé à leur tour de nouveaux modèles de montres connectées. Google avait présenté au mois de mars un système d'exploitation compatible avec les montres connectées, Android Wear, qui a permis l'arrivée de nouveaux appareils sur le marché, comme la G Watch développée par la société coréenne LG.

Jusqu'ici ce type d'appareil avait besoin d'être relié à un smartphone pour accéder au réseau téléphonique et à internet. La troisième génération de montres connectées permet de s’en affranchir pour devenir des objets autonomes.

La start-up new-yorkaise Omate a ainsi ouvert en 2013 la voie avec TrueSmart, une montre qui dispose des principales fonctionnalités d’un smartphone : appels sur les réseaux 2G et 3G, fonction GPS, prise de photos et capacité d’installation d’applications depuis le magasin applicatif Google Play. Ce projet avait recueilli un million $ sur la plateforme de financement collaboratif Kickstarter (Source : Engadget) http://www.engadget.com/2013/09/30/omate-truesmart-handson/

La société Samsung qui est devenue le premier fabricant mondial de combinés cherche depuis plusieurs mois à se diversifier dans les objets connectés. Elle a acquis à cette fin la société Smartthings, une start-up créée en 2012 qui a développé une plate-forme logicielle et matérielle « ouverte » dédiée à la domotique. Samsung vient de dévoiler à son tour une montre autonome, capable de passer et recevoir des appels sans l'aide d'un smartphone. La "Gear S" est, en outre, dispose d'un écran incurvé (Source : Forbes).

D'après la presse américaine, Apple pourrait dévoiler son projet de montre connectée en septembre, en même temps que les nouveaux modèles d'iPhone. Cet appareil pourrait être compatible avec la plateforme consacrée à la santé et au sport de la marque, HealthKit, dévoilée au moins de juin. Il pourra également servir de télécommande en lien avec HomeKit, le service de domotique d'Apple (Source : Re/Code).


Voir aussi :

Vers une troisième génération de montres connectées

Des montres intelligentes connectées

Retour sur le rôle du crowdfunding dans le financement des objets connectés